Il Gastronomico, le bon petit plan d’Eric Boschman

Quelqu’un chantait qu’il est des terres brûlées donnant plus de blé qu’un meilleur avril. C’est un peu le cas de l’Îlot sacré en ce moment.

Il Gastronomico
© Il Gastronomico

Même s’il est encore plus question de frémissements que de soubresauts, un joli vent souffle dans le coin et j’ai l’espoir que la marée noire de la malbouffe reculera pour laisser place à des cuisines sincères, voire authentiques. Né au plus profond de la crise Covid, cet écrin juxtaposé à Ricotta & Parmesan mérite que l’on s’y pose pour un instant que l’on va prolonger. À la faveur de la crise, cet entrepreneur a décidé de lancer un nouvel espace. C’est la marque des talentueux, oser dans les pires moments, et cela mérite le respect. Pour en revenir au restaurant, 18 places assises, une mini-cuisine ouverte, une micro-équipe en salle qui fonctionne au sourire, tout est petit dans cet endroit. Sauf les saveurs et les portions. Je me suis éclaté, vraiment. J’ai eu le sourire dès mon arrivée, reçu comme un prince ou presque, bien assis entre mes convives au fond de la salle face à la cuisine. Le ballet bien réglé, bien huilé, sans bruits, sans heurts, un vrai restaurant en fait, comme on en voit trop peu. Vous y trouverez un lunch allant de 38 à 45 €, le soir le menu va de 3 services à 65 € à 7 services pour 115 € et un rapport prix/plaisir intense. Le Cuscusi au homard est pour mourir. Pour le bibitif, laissez faire le maître d’hôtel, de très bon conseil. Dernier détail: le parking en face de la porte, un luxe à Bruxelles.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Il Gastronomico (@ilgastronomicobxl)


Rue de la Fourche 55, 1000 Bruxelles. 02/307.62.49. ilgastronomico.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité