Le Gin à Popol, le bon petit plan d’Eric Boschman

Ils sont jeunes, ils sont deux, ils n’ont peur de rien et ils ont raison.

@ D.R.

Popol et Nonor, amis depuis toujours, associés depuis peu dans cette belle aventure au coeur du Brabant wallon. Popol est cuisinier. Pol-Henri Dieu, cela ne s’invente pas, est sous-chef dans un restaurant étoilé bien connu. À défaut de pouvoir égayer les papilles des clients durant la crise sanitaire, il se lance dans la création d’un gin. Ce qui n’est pas vraiment une sinécure étant donné l’offre pléthorique du marché en ce moment. Il crée ses gins comme il travaille ses plats: chaque ingrédient se trouve à une place déterminante afin de secouer les papilles. Popol est un hyperactif, toujours en recherche de nouvelles sensations. Seul on avance plus vite, à deux on va plus loin. Gin à Popol, c’est une mini-gamme de deux gins qui affichent 40 % vol. D’une part un assemblage groseille-basilic plutôt rond et bien équilibré, d’autre part un thym-gingembre un peu plus piquant sur la langue des castards parce qu’il dépote un peu. J’ai un faible pour le groseille basilic, vachement abouti. Pas la peine de les noyer dans des tonics hyper-parfumés, de l’eau pétillante ou un tonic tout à fait basique feront largement l’affaire tant la base est riche et complexe. Popol Dieu et sa copine Nonor sont sur le chemin d’une jolie petite réussite, si vous voulez découvrir, il faut vous dépêcher car le premier jet ne compte que 800 bouteilles. Eux ne multiplient pas les bouteilles à l’infini, ce n’est plus le genre de la maison.
www.ginapopol.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité