Succès viral pour ChatGPT, l’intelligence artificielle qui écrit (presque) comme un humain

Grâce à l'intelligence artificielle, ce service de la société OpenAI est capable de produire des textes semblables à ceux d'un être humain et de simuler (quand il est bien luné) des conversations crédibles. L'outil a dépassé le million d'utilisateurs.

Succès viral pour ChatGPT, l’intelligence artificielle qui écrit (presque) comme un humain
@BELGAIMAGE

Vous conseiller une bonne recette de crêpes, rédiger à votre place une lettre pour expliquer à votre enfant que le père Noël n’existe pas, ou raconter en avance et avec un style journalistique le détail du match France-Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde de football… Voici quelques-uns des talents de ChatGPT, le logiciel conversationnel basé sur l’intelligence artificielle (IA).

Lancé à la fin novembre par OpenAI, une start-up de San Francisco, le chatbot, actuellement en phase de test, avait déjà été utilisé plus d’un million de fois début décembre. Un succès qui s’explique par les capacités d’écriture impressionnantes de l’application, capable de produire des textes précis et de simuler des conversations de manière crédible. «Le format de dialogue permet à ChatGPT de répondre à des questions, de reconnaître ses erreurs ou encore de contester et rejeter des demandes inappropriées», expliquait OpenAI dans un communiqué.

Le robot conversationnel s’appuie en effet sur un vaste corpus de textes (articles de journaux, romans, conversations en ligne, etc.) qui lui permet de comprendre le contexte d’un échange et de fournir des réponses cohérentes. Selon Sam Altman, le PDG de OpenAI, ChatGTP n'en est qu'à sa première version.

S’il continue à se développer, l’outil pourrait, un jour, fournir une alternative crédible à Google vu sa capacité à formuler des réponses complexes aux requêtes des internautes, anticipait Le Guardian. Capable de s’adapter à un large panel de sujets et de styles d’écriture, ChatGPT pourrait aussi servir à générer des contenus pour les sites web, rédiger des scripts de films ou de séries…

Un concurrent majeur pour les métiers créatifs?

À plus court terme, les possibilités qu’offrent ce chatbot suscitent des craintes, notamment dans le monde de l’enseignement. «J’ai vu les capacités de plagiat, racontait un professeur québécois, qui a publié une vidéo sur TikTok pour alerter ses collègues. Des travaux qu’on donne au secondaire peuvent être facilement générés». Votre enfant a la flemme d’écrire un devoir de littérature sur Philip K. Dick ? ChatGPT pourrait bien lui donner un coup de main... Et comme les textes générés sont originaux, il serait impossible de confirmer via un moteur de recherche un éventuel copier-coller.

@sylvainduclos2 Les impacts de #ChatGPT en #education #balado #podcast #profsurtiktok ♬ son original - Sylvain Duclos | Prof 🔢

«ChatGPT est un énorme pas en avant, jugeait dans Le Monde Alexei Grinbaum, physicien, philosophe et membre du comité national pilote d’éthique du numérique du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives). C’est un concurrent majeur pour les métiers créatifs ou les activités d’écriture de petits essais par des élèves».

À lire aussi : Google écarte un ingénieur qui assure que son IA est "consciente"

Daniela Rus, directrice du laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology (MIT) se montrait, elle, plus circonspecte : « ChatGPT est surprenant et puissant mais fait parfois des erreurs ou manque de nuance. Il est loin de pouvoir vous piquer votre job».

Victime de son succès... ou profondément conscient de ses limites?

La page d’accueil de ChatGPT prévient d’ailleurs que le logiciel peut «occasionnellement générer des informations incorrectes» et peut «parfois produire des instructions préjudiciables ou un contenu biaisé». Il semble aussi victime de son succès : comme d’autres médias (Le Monde, mais aussi Numerama), nous avons tenté une approche «meta», demandant au chatbot de rédiger pour nous le début de cet article (vous avez dit paresseux ?).

Mais contrairement aux publications précitées, qui avaient eu droit à une explication par ChatGPT… de ce qu’était ChatGPT, à la demande «Écris pour Moustique hebdo le début d'un article sur ChatGPT», voici ce que le chatbot nous a répondu :

«Le ChatGPT est con

L'un des aspects les plus», avant de s’arrêter, planté. Après quelques minutes, un message sur la page d’accueil de l’application fera état d’une « demande exceptionnellement élevée » expliquant le bug.

Dans tous les cas, on notera l’absence de ponctuation dans la réponse du robot, laissant ouverte la question de savoir si, dans sa première phrase, la surcharge du système a coupé la suite d’un mot potentiellement plus long (con-çu ? con-sidéré ? con-ciliant ?). Autre hypothèse (plus fascinante et effrayante à la fois) : la phrase en question s’arrêtait bel et bien après l’adjectif de trois lettres…

À lire aussi : Laurie Anderson : "L’intelligence artificielle, cette version étendue de l’esprit, me fascine"

Sur le même sujet
Plus d'actualité