Comment Elon Musk a radicalement changé Twitter, en seulement une semaine

L’homme à la tête de Tesla et SpaceX a ajouté le réseau social à son portefeuille d’activités. Et depuis, c’est le branle-bas de combat.

Elon Musk a racheté Twitter
© BelgaImage

Elon Musk

44 milliards
Après des mois de suspense et de complications, l’homme le plus riche du monde a racheté le réseau social Twitter pour 44 milliards de dollars, soit à peine un sixième de sa fortune. Son objectif était de sortir l’entreprise de Bourse afin de pouvoir y effectuer des changements radicaux.

Liberté d’expression
Une des raisons de cette reprise est, selon Musk, de préserver un espace de liberté d’expression et de débat où chaque opinion peut être entendue et débattue. Il a d’ailleurs qualifié Twitter “d’endroit le plus intéressant d’Internet”.

Modération
Mais fâché avec les médias traditionnels, le nouveau patron veut également que Twitter soit une plateforme de journalisme citoyen et “la source la plus précise d’information” au monde. Un conseil de modération, “aux points de vue variés”, devrait y veiller.

Premium et payant
Avant, Twitter vérifiait gratuitement l’identité réelle derrière les comptes de figures publiques et d’entreprises pour y apposer un macaron bleu, preuve de non-usurpation. Le nouveau boss veut rendre cette vérification accessible à tous mais payante pour 8 $/mois, coût d’un compte “premium”.

À lire aussi : Elon Musk licencie la moitié des employés de Twitter

Twitter et ses utilisateurs

Endettement
La société se retrouve colossalement endettée. Le nouveau patron doit rendre sa nouvelle acquisition rentable. Il a de nombreux projets (la monétisation de contenus notamment), mais le premier a été de licencier la moitié des employés, soit plusieurs milliers de personnes.

Haine généralisée
Les annonces à propos de la liberté d’expression ont manifestement été entendues. Depuis le rachat, des pics de messages à contenu raciste et de partages de fausses informations ont déjà été remarqués. Même Musk lui-même a déjà partagé une fake news sur l’attaque perpétrée contre le mari de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre aux USA.

Despotisme
Des utilisateurs ont voulu se moquer du nouveau boss en le singeant. Un dessinateur d’humour, dont les messages ont beaucoup tourné, a déjà été banni pour cela. Musk a annoncé que désormais les comptes parodiques devront être clairement identifiés comme tels.

Exode
Ce nouveau patron clivant et ses changements font peur. Beaucoup d’utilisateurs se dirigent alors vers Mastodon, réseau souvent pointé comme la meilleure alternative. De nombreux annonceurs ont également décidé d’arrêter leurs publicités sur la plateforme.

Sur le même sujet
Plus d'actualité