iPhone 14: un prix justifié par ses nouveautés ou exagéré?

Avec des niveaux de prix extrêmement élevés, le nouvel iPhone 14 d'Apple peut laisser sceptique et tente de se défendre pour justifier son coût exorbitant.

Logo d'Apple
Logo d’Apple ©BelgaImage

En période de forte inflation, le prix du nouveau iPhone 14 n’a pas manqué de faire réagir. Décliné en quatre versions (14, 14 Plus, 14 Pro et 14 Pro Max), il faut pour l’obtenir débourser de 1.019€ à… 2.129€. En guise de comparaison, l’iPhone 13 se vendait entre 909€ et 1.839€. Une belle augmentation de +11% et +16 % et une coquette somme à dépenser, surtout ces temps-ci. Évidemment, Apple se justifie en présentant plusieurs innovations. Oui, sauf que ce n’est pas la seule raison qui sous-tend cette flambée des prix.

Entre continuité et changements

Tout d’abord, qu’est-ce que l’iPhone 14 propose concrètement? Il existe en tout quatre coloris (violet, gris sidéral, doré et argent) et des capacités de stockage allant de 128 Go à 512 Go, voire 1 To pour les versions Pro et Pro Max. De ce point de vue, pas de changement par rapport à l’iPhone 13 (si ce n’est que les couleurs ne sont pas les mêmes). Rien de bien nouveau aussi du côté de l’écran, qui est de même taille (6,1 pouces) à moins de payer plus cher et de prendre un Pro (qui peut atteindre 6,7 pouces).

Côté appareil photo, il y a plus de changements. Le capteur dorsal a toujours 12 mégapixels mais l’ouverture passe de f/1.6 à f/1.5, ce qui permet d’avoir des clichés plus nets, surtout de nuit. La mise au point se fait en plus de manière automatique, ce qui n’était pas le cas avant et les heureux détenteurs d’un 14 Pro auront même un objectif principal de 48 mégapixels avec téléobjectif. Situation similaire pour la caméra selfie, avec toujours 12 mégapixels mais une ouverture bien améliorée pour passer de f/2.2 à f/1.9, sans oublier l’ajout du mode cinématique. La puce reste la même pour la version de base (A15 Bionic) si ce n’est que l’on a un GPU 5 cœurs et non plus 4 comme avant. L’iPhone 14 Pro passe quant à lui à la puce A16 Bionic, soit la plus puissante des smartphones d’Apple.

La batterie s’améliore également, l’autonomie étant plus longue. Apple revendique la possibilité de passer de 19 heures de lecture vidéo à 26 heures avec la version normale et même 29 pour le Pro. Pas de changement par contre pour le rechargement. Pour le reste, ce sont surtout des fonctionnalités qui font la différence. Il y a par exemple une option de détection d’accident de voiture pour alerter les secours au cas où cela arriverait, ainsi qu’un mode d’interaction dénommé "Dynamic Island" (mais seulement sur la version Pro).

Prix élevés: une stratégie risquée?

Le bilan est donc mitigé, avec certes des améliorations mais qui ne seront peut-être pas assez nombreuses et marquantes pour une partie des utilisateurs. Ces derniers pourraient surtout être dissuadés par le prix. Sur ce point, plusieurs raisons viennent expliquer une telle augmentation entre l’iPhone 13 et 14. La première, c’est la nouvelle parité entre l’euro et le dollar, qui désavantage l’Europe. La stratégie marketing d’Apple entre elle aussi en ligne de compte. La version mini du smartphone est ainsi appelée à disparaître, celle-ci étant trop peu vendue au goût de la marque à la pomme. Forcément, cela fait monter les prix de base. Facteur aggravant: Apple veut accentuer la différenciation entre les versions normales et Pro. Cela se voit bien sûr avec un prix plus "prestigieux" pour le deuxième mais aussi avec quelques ajouts notables, comme avec la caméra 48 mégapixels du Pro.

On pourrait toutefois se demander si avec cette fuite en avant des prix, Apple ne risque pas de trébucher. C’est une critique qui lui est souvent faite depuis des années et cela s’est déjà produit par le passé, avec l’iPhone X surtout. Ce dernier avait marqué les esprits en étant le premier smartphone à se vendre à un prix de base de plus de 1.000€ (plus précisément 1.159€ dans ce cas-ci). Malgré 63 millions exemplaires vendus, il a été retiré du marché après seulement 11 mois. Il s’est avéré que ce sont surtout les aficionados qui se sont jetés dessus au début, puis le modèle a vite périclité.

Est-ce que l’iPhone 14 pourrait connaître un destin similaire? En laissant de côté la boule de cristal, il faut préciser le contexte. Aujourd’hui, le prix moyen d’un smartphone neuf se rapproche globalement de cette fameuse barre du millier d’euros, ce qui n’était pas le cas avant. Le revers de la médaille, c’est que l’inflation et donc la baisse du pouvoir d’achat jouent contre le nouveau bijou d’Apple. Enfin, il faut ajouter qu’au début, l’iPhone 14 devrait attirer un grand nombre de fans inconditionnels, tout comme ses prédécesseurs et qu’importe le reste. Le cas de l’iPhone X en est la preuve la plus éclatante. Pour savoir ce qu’il en sera réellement, il faudra voir ce qu’il en sera après le tsunami du lancement. Les précommandes commenceront ce vendredi 9 septembre à partir de 14h et les téléphones seront livrés dès le 16 septembre (ou le 7 octobre pour la version 14 Plus).

Sur le même sujet
Plus d'actualité