Bientôt de la pub sur l’écran verrouillé de nos smartphones?

L’écran de verrouillage, dernier espace qui se refusait à la pub sur nos téléphones, va-t-il finalement devoir céder ? C’est la question qu’on est en droit de se poser au vu de l’expansion de la plateforme Glance.

smartphone
© Unsplash

Lancé en 2019, Glance – filiale du géant indien de la pub InMobi Group – entend changer notre façon de consommer, de nous divertir et de nous informer en s’attaquant à un endroit qui était, jusqu’alors, réservé aux notifications et photos de famille. Le concept? Offrir à l’utilisateur un interface dynamique qui vient remplacer le simple fond d’écran habituel qui orne l’écran de verrouillage. Une idée qui possède un twist. En effet, lorsque, dorénavant, vous déverrouillerez votre téléphone, vous arriverez directement sur un flux géré par Glance. Un fil composé d’actus, de mini-jeux ou encore… de pubs. Tout cela orienté selon vos préférences.

Une société en pleine croissance

Plus de 400.000 millions de smartphones sont désormais équipés de cette fonctionnalité. Un nombre important qu’il convient de relativiser. Ces smartphones sont, pour l’instant, exclusivement situés en Asie. Glance n’est présent que sur le marché asiatique mais lorgne déjà sur celui nord-américain. Un marché au potentiel pharaonique qui devrait lui ouvrir ses portes dans deux mois, selon l’entreprise.

Autre interrogation, la plateforme va-t-elle réussir à garder ses utilisateurs? Actuellement, l’application est préinstallée sur les smartphones, ce qui veut dire qu’elle peut être désactivée. Une solution qui n’enchante guère les dirigeants de l’entreprise indienne mais auquel il est compliqué de remédier. Cependant, force est de constater que ce secteur a sûrement un avenir radieux. En témoignent les investissements de Google dans Glance et les rumeurs selon lesquelles Apple préparerait un équivalent disponible sur son nouvel IOS. Reste à savoir si ce nouveau moyen d’exploiter l’écran de verrouillage sera, un jour, disponible en Europe. Rien n’est encore sûr tant il pose des questions en termes de vie privée.

Nos smartphones, déjà symboles des dérives du 21ème siècle, vont-ils devenir le relais d’une surconsommation, même verrouillés?

Sur le même sujet
Plus d'actualité