Black Mirror devient réalité avec le " métavers " de Facebook

Mark Zuckerberg a présenté les grandes lignes de son projet fou, le « métavers », un monde numérique parallèle connecté au réel. Révolution technologique ou dystopie ?

un épisode de black mirror
@ Netflix

La nouvelle est tombée ce jeudi. Facebook – la maison-mère, et non le réseau social – change de nom et devient Meta. Une manœuvre grossière pour se distancier des récents déboires de l’entreprise, accusent certains. Pour d’autres, il s’agit des premiers signes d’un futur immersif et connecté.

Ce nouveau nom fait en effet référence au « metavers », contraction de « meta » (« au-delà », en grec ancien) et « univers », projet d’ampleur de Mark Zuckerberg. Pour le milliardaire, il s’agit de l’avenir d’Internet. Ni plus, ni moins. Après les ordinateurs et les téléphones portables, il faudra compter sur d’autres technologies comme les écrans, hologrammes, casques de VR et lunettes de réalité augmentée pour « permettre des déplacements fluides d’univers virtuels en lieux physiques, comme des téléportations », explique le fondateur de Facebook.

Plus loin que le divertissement

L’idée d’un monde mixte, qui brouille les lignes entre le réel et le virtuel, n’est pas nouvelle. Inspiré du roman de science-fiction Le Samouraï virtuel de Neal Stephenson, paru en 1992, ce concept a été développé dans de nombreuses œuvres littéraires et films comme Matrix, Ready Player One ou encore plus récemment Free Guy. Il a dépassé l’imaginaire collectif au début des années 2000, avec le logiciel à succès Second Life, qui permettait à ses utilisateurs d’incarner des personnages dans un monde qu’ils avaient eux-mêmes créé. Mais, entre les mains d’un géant de la tech, le « métavers » représentera bien plus que du divertissement.

Dans une vidéo de présentation de plus d’une heure, Mark Zuckerberg explique comment il pourra s’intégrer, à termes, dans différents pans de notre vie, comme le travail, le social, mais aussi l’éducation et le commerce. Le métavers va bouleverser tous les secteurs, comme le prédit le milliardaire, à condition que le grand public y adhère. Car cet univers parallèle est aussi fascinant que flippant. Pour de nombreux internautes, cela ne fait aucun doute, on se rapproche de plus en plus d’un épisode de Black Mirror.

Sur le même sujet
Plus d'actualité