Galette des rois : voici notre recette inratable

Noël et Nouvel An sont à peine derrière nous qu'il est à présent temps de se plonger dans la Galette des rois.

Galette des rois
© Adobe Stock

Un peu d'histoire

Dans la tradition chrétienne, la galette est partagée pour célébrer l’arrivée des Rois mages à Bethléem. Le terme “épiphanie” vient du grec et signifie “manifestation, apparition” en référence à la présentation de l’Enfant Jésus à Melchior, Gaspard et Balthazar, les fameux porteurs d’or, d’encens et de myrrhe. Si la galette des Rois est associée à la tradition chrétienne, on trouve ses origines dans une tradition païenne puisque l’Épiphanie était l’occasion de célébrer le dieu Dionysos, dieu de la vigne, du vin, mais aussi de la fête et des excès dans la mythologie grecque. On retrouve aussi l’Épiphanie dans la tradition romaine, elle correspondait alors aux saturnales. Saturne symbolisait les liens de la famille avec la cité. On retrouve plusieurs vestiges de ces fêtes dans notre galette des Rois actuelle. Les Romains avaient l’habitude de tirer au sort le roi d’un festin à l’aide d’un jeton noir ou blanc. On retrouve cette tradition dans les familles ou même les garnisons, durant les saturnales. Celui qui avait été roi pouvait, le temps d’une journée, donner des ordres et réaliser ses désirs. C’est aussi lors des saturnales que le plus jeune d’une assemblée allait sous la table choisir à qui serait attribuée quelle part. La coutume s’est généralisée et veut que ce soit la plus jeune personne de l’assemblée qui “tire les rois” et distribue les parts de galette aux convives. La première part coupée, appelée “part du pauvre” était réservée au premier visiteur imprévu. Il y avait aussi la “part des absents”: le fils aux armées, un parent sur un vaisseau du roi ou le pêcheur qui n’était pas rentré. Une façon de dire “on pense à vous”.

À lire aussi : Comme les rois mages

La recette

Pour 6 à 8 personnes – Préparation: 15 min – Cuisson: 40 min

2 pâtes feuilletées I 200 g d’amandes en poudre I 150 g de sucre I 100 g de beurre à température ambiante I 2 oeufs I 1 c. à s. d’extrait d’amandes amères I 70 g de raisins secs (les plus moelleux possible) I 1 c. à s. de cannelle I 150 ml de jus d’orange I 1 fève I 1 jaune d’oeuf dilué dans un peu d’eau pour dorer la pâte.

• Placez les raisins dans un bol, saupoudrez de cannelle et recouvrez de jus d’orange. Laissez gonfler 30 min.
• Préchauffez le four à 180° (th. 6).
• Disposez la première pâte feuilletée dans un moule à tarte et piquez-la à la fourchette. Ne la faites pas cuire.
• Mélangez tous les ingrédients de la garniture: la poudre d’amandes, le sucre, les oeufs, le beurre et l’extrait. Étalez la garniture sur le fond de pâte feuilletée.
• Recouvrez de raisins égouttés. Enfoncez-les légèrement dans la garniture. Glissez la fève dans la garniture.
• Recouvrez la tarte de la seconde pâte feuilletée. Soudez très légèrement les bords du bout du doigt ou à la fourchette.
• Marquez joliment le dessus de la galette avec la pointe d’un couteau avant de la badigeonner de jaune d’oeuf dilué dans un fond d’eau.
• Enfournez 35 min.
• Sortez la galette, saupoudrez-la de sucre impalpable (au travers d’un tamis). Augmentez le four à 230° (th. 8-9) et enfournez la galette une poignée de minutes supplémentaires pour qu’elle soit bien dorée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité