Noël : des idées pour un repas fou sans dépenses folles

Le challenge de cette année? Noël tranquille, Noël facile. Une belle table, une ambiance détendue, une dinde dorée et des convives heureux. Le tout dans un style chic mais surtout pas cher.

Noël
© Adobe Stock

Le secret d’une fête réussie tient à la sérénité du cuisinier… Une règle à suivre: choisir son menu en fonction du nombre de convives. Si vous êtes en petit comité, vous pouvez vous permettre les cuissons de dernière minute et les dressages à l’assiette. Au-delà de six personnes à table, privilégiez les plats mijotés ou rôtis, les terrines, les préparations à faire la veille voire quelques jours à l’avance. Et amusez-vous! Le plat principal est votre carte à jouer. Optez pour une viande peu onéreuse avec une sauce qui fera la différence et des accompagnements qui donneront un sentiment d’abondance typique des tables festives.

L’option gibier (certains sont chers, d’autres beaucoup moins) ou viande blanche type porc vous ­donneront un bon résultat. Ajoutez une cuisson rapide et le tour est joué! Faites une viande caramélisée au balsamique et au sirop de Liège. Pour 4 personnes, prenez 800 g de filet de marcassin ou de porc, 8 fines tranches de lard, 150 ml de vinaigre ­balsamique, 4 c. à s. de sucre de canne, 1 c. à s. rase de sirop de Liège, 30 g de beurre, 2 c. à s. d’huile d’olive et du poivre du moulin. Coupez le filet de marcassin en 4 morceaux. Encerclez chaque morceau avec deux lanières de lard et maintenez le tout avec une ficelle ou un cure-dents. Dans une poêle, faites fondre le beurre avec l’huile et faites-y saisir les morceaux de marcassin quelques minutes sur ­chaque face. Assaisonnez. Retirez la viande et réservez. Jetez le gras excédentaire de la poêle et déglacez les sucs avec le vinaigre balsamique. Ajoutez le sucre et le sirop de Liège. Mélangez et laissez réduire ­quelques minutes jusqu’à l’obtention d’un sirop épais. Servez la viande nappée de sauce bien chaude.

À lire aussi : Fêtes de fin d'année en famille : "Noël n’a plus la même signification aujourd’hui"

La déco qui se mange

En accompagnement, plusieurs possibilités vous permettent de changer des croquettes. Un gratin de rutabaga, que vous pouvez faire à l’avance et réchauffer facilement. Épluchez 1 kg de rutabagas. Coupez-les en tranches fines et faites-les cuire à couvert à l’eau bouillante salée jusqu’à ce qu’elles soient tendres (env. 25 min). Réservez le jus de cuisson et écrasez les légumes en purée. Préchauffez le four à 180° (th. 6). Mélangez la purée à 400 ml de crème, 1 grosse c. à s. de farine, 100 ml de sirop d’érable, ½ c. à c. de muscade, ½ c. à c. de poivre, 2 c. à c. de gingembre frais grossièrement haché et une quantité suffisante de jus de cuisson pour que la consistance soit assez liquide. Attendez que le mélange refroidisse un peu avant d’y ajouter 1 œuf. Mélangez. Versez dans un plat beurré allant au four. Saupoudrez de chapelure et ajoutez quelques noix de beurre. Enfournez 1 h.

Encore plus simple et très peu cher, des oignons caramélisés au balsamique et à la mandarine. Faites revenir 400 g d’oignons grelots surgelés dégelés dans un fond d’huile d’olive. Ajoutez 2 c. à s. de vinaigre balsamique, 2 c. à c. de cassonade et le jus d’1 ­mandarine. Poursuivez la cuisson 10 min jusqu’à ce qu’ils soient bien caramélisés. Ou une courge rôtie! Coupez en quartiers et épépinez 1 courge, placez les morceaux sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. Arrosez d’huile d’olive, saupoudrez de 3 c. à s. de sucre roux, gros sel et poivre. Enfournez 25 min dans un four préchauffé à 180° (th. 6).

table de Noël

© Adobe Stock

La question de la dinde

Si Noël n’est pas vraiment Noël sans une dinde, gardez deux trucs en tête: la viande ne doit pas être trop sèche et c’est la sauce qui fait tout. Ne prenez pas une dinde trop grosse. Au-delà de 4 kg, elle n’est plus aussi moelleuse. Comme sa chair est plus sèche que celle des autres volailles, il faut la rôtir à feu plus doux en l’arrosant régulièrement. Posez-la dans un plat sur une cuisse, jamais sur les filets, retournez-la à mi-cuisson et posez-la ensuite sur l’autre cuisse. Vous pouvez la barder de fines tranches de lard qui protégeront les filets.

L’équation de cuisson est la suivante: préchauffez le four à 180° (th. 6). Massez la dinde avec de l’huile d’olive (ou bardez-la), assaisonnez, couvrez-la d’aluminium. Enfournez 40 min par kilo de dinde. 30 min avant la fin de la cuisson, enlevez l’aluminium, augmentez le four à 200° (th. 6-7) et laissez-la dorer. À la fin de la cuisson, enveloppez la dinde dans de l’aluminium et laissez reposer de 30 min à 1 h avant de servir (elle ne refroidira pas si elle est bien emballée). Pour une sauce express sans prise de tête, faites suer 1 échalote, déglacez avec 200 ml de vin blanc, 1 c. à c. de fond de volaille en poudre, 1 feuille de laurier et les jus et sucs grattés de la dinde (éventuellement décollés avec un petit verre d’eau). Amenez à ébullition, laissez réduire, filtrez au chinois fin et ­rectifiez l’assaisonnement.

À lire aussi : Comment les Belges comptent faire des économies sur les cadeaux de Noël

La purée, toujours facile

Facile et bon marché, la purée permet beaucoup de folie et peut être utilisée pour l’apéro en verrine, pour une entrée ou la pièce centrale. Pour changer de la pomme de terre, optez pour plus festif et pensez aux topinambours, brocoli ou betteraves. Toujours un succès.

Pour une purée aux topinambours, épluchez 1 kg de topinambours et coupez-les en morceaux. Faites cuire 25 min à l’eau bouillante salée. Égouttez et mixez avec 3 c. à s. de beurre, 100 ml de lait chaud, sel, poivre, muscade et 30 g de parmesan râpé.

Pour une purée au brocoli, épluchez 500 g de ­pommes de terre et détaillez une tête de brocoli en fleurettes. Faites cuire les pommes de terre 20 min à l’eau bouillante salée. Ajoutez le brocoli à 5 min de la fin de la cuisson. Égouttez et mixez avec 3 c. à s. de beurre, 100 ml de lait chaud, sel, poivre, muscade. Pour de la betterave, épluchez 500 g de ­pommes de terre. Faites-les cuire 20 min à l’eau bouillante salée. Émincez 3 betteraves cuites sous vide. Égouttez les pommes de terre et mixez les ­légumes avec 3 c. à s. de beurre, 100 ml de lait chaud, sel, poivre, muscade.

Broutilles gourmandes au dessert

Si vous n’aimez pas les desserts lourds en fin de repas, lancez-vous dans la confection de petites broutilles gourmandes que vos convives picoreront avec bonheur. Si le besoin d’une bûche se fait quand même sentir, confectionnez un gâteau de Savoie très facile et recouvrez-le de ce que vous souhaitez, de crème de marrons du commerce à la glace en passant par de la chantilly. Pour 6 per­sonnes, il vous faut 150 g de farine, 240 g de sucre, 50 g de fécule de maïs (Maïzena) et 6 œufs, jaunes et blancs séparés. Préchauffez le four à 200° (th. 6-7). Fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre pendant 5 min jusqu’à ce que le mélange blanchisse et gonfle. Ajoutez la farine et la fécule. Fouettez. Montez les blancs en neige ferme et incorporez-les délicatement à l’appareil. Mettez votre pâte dans un moule rond à bord haut. Tapotez le moule rempli de pâte sur le plan de travail pour faire remonter les bulles d’air. Enfournez 5 min à 200° puis baissez le four à 150° (th. 5) et poursuivez la cuisson 40 min.

Au rayon grignotages et picorades, rien ne vaut des pruneaux caramélisés et des boules coco, parfaits pour tous les convives et faisables à l’avance. Prévoyez 20 pruneaux d’Agen très gros dénoyautés + 20 cerneaux de noix + 300 ml d’alcool au choix type armagnac + 1 grosse c. à c. de café soluble + 3 grosses c. à s. de sucre roux. Placez les pruneaux dans un bol et recouvrez-les d’armagnac. Mettez le tout 30 secondes au micro-ondes pour que les pruneaux s’hydratent et s’imprègnent de la saveur de l’alcool. Enlevez les pruneaux du bol et réservez l’alcool. Fendez chaque pruneau en deux et ­insérez-y un cerneau de noix. Faites un caramel en laissant fondre le sucre dans un peu d’eau dans une poêle. Déglacez avec le restant d’armagnac. Quand le caramel est beau, ajoutez le café en ­poudre. Laissez prendre quelques secondes. Mettez les pruneaux dans ce caramel et retournez-les pour qu’ils soient bien enrobés. Déposez-les sur une feuille de papier sulfurisé.

Pour des boules coco, il suffit de deux ingrédients: 4 c. à s. de lait concentré sucré + 125 g de noix de coco râpée. Mélangez 100 g de noix de coco et le lait dans un bol. Formez de petites boules et ­déposez-les sur une plaque. Placez au surgélateur 15 min. Sortez les boules et roulez-les dans le reste de noix de coco râpée. Mettez au réfrigérateur 45 min. Dégustez très froid.

Sur le même sujet
Plus d'actualité