Des idées de soupes réconfortantes pour affronter le froid

Besoin de faire monter la température? Quelques ingrédients-clefs, du bouilli, beaucoup de légumes, c’est la recette miracle d’une bonne soupe qui nourrit et réchauffe.

Des idées de soupes réconfortantes pour affronter le froid
© Adobe Stock

Une soupe repas doit se construire mentalement. Il est nécessaire de partir d’un légume, d’ajouter un féculent, une protéine, puis d’agrémenter avec un fond gourmand – éventuellement crémé. Le pain en accompagnement devient alors facultatif. Ce sont des repas équilibrés, peu onéreux, faciles à préparer et pouvant se réaliser à l’avance. Du chou au navet, en passant par la carotte et le ­poireau, les stars de saison sont là pour ça. Pensez à réserver quelques cubes de légumes crus quand vous les épluchez et ajoutez-les au dernier moment dans la soupe.

Le potiron se marie à la cannelle, aux châtaignes, au lait de coco mais aussi aux moules ou à l’agneau. La courgette est un légume passe-partout qui devient plus riche au contact du raifort, des graines de moutarde, de l’estragon ou de la menthe. Une soupe hivernale mérite un ajout de viande, poisson ou légumineuse. On trouve des protéines dans les céréales (quinoa, épeautre, blé), dans les substituts de viandes (soja, tempeh, quorn) et les oléagineux (amandes, noisettes, noix). Ce type de protéines n’encrasse pas l’organisme et participe au respect du métabolisme.

Légumineuses et bouillon grand-mère

Les légumineuses sont des concentrés de bienfaits, faciles à cuisiner, pas chères et devraient être ajoutées à notre plan alimentaire hebdomadaire. Vous avez deux options: les acheter en vrac ou en conserve. En vrac, vous devrez les cuire. Certaines nécessitent un prétrempage, afin de permettre au liquide de s’infiltrer et de les regonfler, ce qui peut allonger un temps de préparation-cuisson déjà important. Elles ­gardent dans ce cas davantage de nutriments et sont plus digestes, même si la conserve est un conditionnement qualitatif et très pratique. Si vous choisissez la légumineuse brute, vous devrez rincer abondamment le produit à l’eau froide avant trempage. Cela vaut également pour la conserve, mais ceci pour des raisons qui diffèrent. L’aliment en conserve doit ­plutôt être débarrassé de son sel excédentaire et de ses produits de conservation.

Qui dit soupe d’hiver dit bouillon qui réchauffe! Nos grands-mères le savaient: le bouillon est un remède naturel pour soigner les maux liés au froid. Pour faire un bouillon de poule, prenez un poulet entier cru (peau comprise) ou une carcasse avec le cou et les pattes (riches en gélatine) ou 8 ailes crues. Pour faire un bouillon de bœuf, prenez des os de bœuf, éventuellement à moelle, des articulations et, si possible, la queue.

Utilisez 2 kg d’os pour 4 litres d’eau, des ­légumes, épices et aromates au choix et un trait de vinaigre de cidre. Déposez les os dans une grande casserole. Recouvrez d’eau froide. Portez à ébullition. Diminuez le feu et laissez cuire le bouillon 1 heure sur feu doux en écumant de temps en temps la surface du liquide pour le débarrasser des impuretés. Intégrez les ­légumes, les épices et les aromates. Versez le vinaigre. Comptez minimum 4 heures de mijotage pour un bouillon de poule, 12 heures pour un bouillon de bœuf.

bouillon maison

© Unsplash

Cubes de bouillon maison

On évite le glutamate, les graisses saturées et le sel en excès! Les cubes de bouillon du commerce sont faciles à utiliser mais bourrés de mauvaises choses. Vous pouvez les faire maison et les conserver au congélateur pour un maximum de fraîcheur. Cette recette est votre base, mais rien ne vous empêche d’ajouter du basilic, de la coriandre, de la menthe, des épices, de jouer la carte du sucré-salé, etc. Il faut 2 carottes épluchées + 1 oignon épluché + 3 gousses d’ail + 1 morceau de poireau de 5 cm + 1 tige de céleri (facultative) + 3 feuilles de sauge + 5 branches de thym + 5 branches de persil + 30 g de fleur de sel + huile d’olive.

Râpez ou coupez finement à la mandoline vos légumes. Ciselez la sauge et le persil, prélevez le thym des branches. Mélangez. Placez vos légumes sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé et enfournez 20 min à 100°. Transférez les légumes (en plusieurs fois selon la taille de votre ustensile) dans un blender et mixez avec le sel et assez d’huile pour obtenir une pâte grumeleuse. Placez la pâte dans des bacs à glaçons et congelez. Vos cubes sont en permanence prêts à l’emploi. Vous pouvez les utiliser dans vos sauces, risottos, eau de cuisson des pâtes…

Twistez la soupe

Pour changer de la crème fraîche ou du lait, osez la ricotta, le mascarpone, le cottage cheese qui donne une texture veloutée après mixage, le lait de soja, le lait de coco, le fromage blanc ou le fromage frais aromatisé prêt à l’emploi. Troquez les croûtons pour des pignons de pin poêlés à sec, des amandes effilées, des noisettes concassées, des pistaches grillées non salées, des morceaux de Krisprolls, de gressins. Vous augmenterez les nutriments et la saveur tout à la fois.

Vous aimez les soupes type oignons-gruyère? Jouez la carte du fromage. Lamelles de stilton, copeaux de parmesan, dés de feta, chèvre émietté, quenelle de fromage frais/huile d’olive/menthe et basilic ciselés, boules de mozzarella, morceaux de bleu, cheddar râpé… Même si la protéine végétale vaut son pesant de bonnes choses, la protéine animale peut offrir ses lettres de noblesse à votre soupe repas. Jetez dans le liquide brûlant des miettes de confit de canard, des dés de volaille, des chips de pancetta (5 minutes de cuisson à 90° au four), des tranches de boudin noir ou blanc, des tranches de jambon de Parme frites à l’huile d’olive, des morceaux de pepperoni, des dés de chorizo, de petites boulettes de viande, etc.

N’oubliez pas les herbes fraîches: coriandre, persil, estragon, menthe, basilic, romarin, thym, marjolaine, oseille… Dans votre bouillon, cuisez les tiges et non les feuilles car ces dernières perdent rapidement leur arôme. Gardez-les pour en parsemer votre soupe repas avant dégustation. Jouez la carte du sucré-salé pour compléter votre soupe en n’omettant pas la possibilité de fruits séchés en petits dés – pommes, abricots, raisins, canne­berges, dattes, mangue, papaye, figues, mais aussi des morceaux de gingembre confit, de la noix de coco hachée, de la citronnelle fraîche, etc.

Soupe épicée aux poivrons, haricots rouges et au maïs

2 poivrons rouges épépinés et hachés l 250 g de pommes de terre en morceaux l 250 g de tomates en morceaux l 3 branches de céleri émincées l 1 gros oignon haché l 115 g de maïs l 1 conserve de haricots rouges rincés l 2 c. à s. de beurre de cacahuètes avec morceaux l 1 l de bouillon de légumes l 1 c. à c. de piment en poudre l 2 gousses d’ail écrasées l 2 c. à s. d’huile d’olive l sel et poivre du moulin

Faites revenir l’ail et l’oignon dans l’huile pendant 3 min. Incorporez le piment et prolongez la cuisson 1 min. Ajoutez les poivrons, les pommes de terre, les carottes et le céleri. Mélangez bien et poursuivez la cuisson 4 min. Versez le bouillon, incorporez le beurre de cacahuètes et le maïs. Remuez bien et assaisonnez. Portez à ébullition, puis couvrez et laissez mijoter 20 min, jusqu’à ce que les légumes soient tendres. Ajoutez les légumineuses et poursuivez la cuisson 2 min.

soupe maïs et poivrons

© DR

Soupe de carottes au gingembre et aux mandarines, zestes de citron vert

500 g de carottes émincées l 2 oignons hachés l 2 c. à s. de gingembre frais haché l 2 c. à s. de coriandre fraîche hachée l
2 c. à s. d’ail frais haché l le jus de 5 mandarines l le zeste d’1 citron vert l le zeste d’1 mandarine l 1 l de bouillon de volaille l 2 c. à s. d’huile d’olive l sel et poivre du moulin

Faites revenir les oignons dans l’huile avec une pincée de sel. Ajoutez le gingembre et les carottes et laissez cuire 5 min. Versez ensuite le bouillon et le jus de mandarine. Assaisonnez. Portez à ébullition, laissez frémir 25 min jusqu’à ce que les ca­rottes soient cuites. Mixez. Poivrez. Décorez de zestes de citron vert et de mandarine.

soupe carottes gingembre

© Getty Images

Sur le même sujet
Plus d'actualité