Le bon petit plan d’Éric Boschman: Le petit-fils

C’est une maison blanche, adossée à la colline. On y est reçu comme chez des amis. Phil à la kéna, Sébastien au piano, Inès au sourire.

le petit-fils à Couture-Saint-Germain

Ouvert il y a presque vingt ans, cet endroit traverse le temps sans prendre une ride. “Le petit-fils” est un hommage du petit-fils à son grand-père peintre. Les toiles de l’aïeul ornent les espaces et leur confèrent un surplus d’âme. La cuisine de la maison est du genre classique. Le chef sait cuire, rôtir, pocher et saucer. Saucer n’est pas tromper, il faut du fait maison, du réduit, de l’extrait, du jus consistant et pas des machins tout prêts que l’on trouve au coin de la rue et qui uniformisent tant les cuisines aujourd’hui. Sébastien est du genre puriste pour notre plus grand bonheur. Durant le confinement, avec Inès, ils se sont lancés dans le traiteur. À la réouverture, l’idée était mûre: des portions plus petites à partager. Je ne suis pas fan du mot “tapas” en l’occurrence car ce n’en sont pas, loin de là. On joue en division gastronomique. Il est
possible, pour une addition raisonnable, de déguster presque toute la carte. Côté vins, la formule au verre est appliquée avec compétence par le sommelier qui délivre ses surprises savoureuses avec dextérité. Je me suis bien amusé, je n’ai vu passer que quelques marcheurs équipés comme pour affronter l’Everest, mais pas le temps, et ça, c’est la meilleure chose qui puisse arriver après le sourire de la patronne. Allez-y, en famille, pour prendre le temps du bon.

Rue de l’Abbaye 13/A, 1380 Couture-Saint-Germain. 02/633.41.71. www.lepetitfils.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité