Ces destinations validées par Greenpeace pour des vacances écolo

Greenpeace a publié un guide de voyage recommandant plus de quarante destinations écoresponsables​. En voici quelques-unes.

La Sardaigne
La Sardaigne est dans la liste, mais pas n’importe comment. © Unsplash

Voyager tout en limitant son impact environnemental, c’est possible. Greenpeace le prouve avec son tout premier guide de voyage écologique. L’organisation liste huit règles d’or pour des vacances respectueuses autant de l’environnement que des locaux. À commencer par l’importance d’éviter l’avion, bête noire du tourisme écoresponsable. "L’avion est le mode de transport le plus néfaste pour le climat, souligne Alexis Chailloux, responsable de l’engagement citoyen chez Greenpeace France. Dans un contexte d’urgence climatique, nos choix de transport jouent un rôle crucial et il est important de les questionner, voire de repenser notre manière de voyager."

C’est pour cette raison que ce guide présente 41 idées de destinations sans passer par ce mode de transport. Train, bateau… Les voyages sont, certes, plus lents, mais tout aussi dépaysants. Que ce soit à moins d’une heure de Bruxelles, dans des paysages méconnus et hors du temps, ou de l’autre côté de la Méditerranée, Greenpeace a classé ces destinations en fonction de la durée des vacances.

Les destinations

Pour un court séjour, de quelques jours à une semaine, elle recommande des villes – Bruges, Amsterdam, Barcelone, Vienne, Cologne, Saint-Sébastien et Bilbao, Londres – et des vacances sous le signe de la nature, essentiellement en France – les îles anglo-normandes, les volcans d’Auvergne, la vallée d’Ossau, la vallée des Merveilles, la presqu’île de Crozon, les Vosges et la Forêt-Noire.

Londres

Londres. © Unsplash

Pour deux semaines, Greenpeace nous envoie plutôt en Italie (la Sardaigne, la Lombardie, la côte ligure et l’île d’Elbe), en Espagne (les Baléares, les Asturies et l’Andalousie) ou encore au Royaume-Uni (les Highlands et les Cornouailles). Plus proches de chez nous, on retrouve les îles Wadden aux Pays-Bas, la Bavière en Allemagne, les Alpes suisses ou même les îles danoises grâce à un train de nuit.

Asturies

Les Asturies. © Unsplash

Pour une vraie pause de trois semaines et plus, plusieurs itinéraires ont été sélectionnés, traversant le Monténégro, la Mer Baltique, le désert marocain ou encore de l’Italie à la Tunisie.

Istanbul

Istanbul est également dans la liste, et l’une des destinations les plus prisées des Belges. © Unsplash

Comment s’y rendre?

Séjour nature, sportif ou farniente, visites des capitales européennes, découvertes gastronomiques… Tout le monde y trouve son compte. Pour chaque voyage, Greenpeace donne quelques bons plans et conseils pratiques. La partie "Comment s’y rendre" s’adresse aux Français, mais des options au départ de Bruxelles ou de Lille sont également possibles, voire parfois plus rapides.

Le guide de Greenpeace France est téléchargeable sur le site de l’association. En complément, ce guide inclut des ressources pour réaliser soi-même son itinéraire écoresponsable. Alors, on part où?

Sur le même sujet
Plus d'actualité