Vacances à la mer du Nord: notre guide loin de la digue

Se rendre à la côte belge pour rester à l’intérieur des terres? Le concept permet d’ouvrir une fenêtre originale et apaisante.  Loin de la foule, du bruit et des cuistax.

la côte belge loin de la digue
Zeebos, ses cabanes et ses caillebotis. © Emilien Hofman

Le message vient de l’office du tourisme du Westtoer et il est clair: “Il y a plus que le soleil, la mer et le sable”. Après avoir passé des années à s’agglomérer sur les plages de la mer du Nord – et encore plus durant la pandémie -, il est temps de découvrir la beauté de la côte dans sa globalité. Entre Bruges et Damme, par exemple, la végétation qui entoure la piste cyclable est, à certains endroits, à ce point dense qu’elle lui donne des allures de sentier botanique. L’entrée de cette petite commune de 11.000 habitants concentre pas mal d’atouts: un parking de dissuasion, un canal et un moulin blanc sur son promontoire. Mais Damme a aussi un passé de cité forteresse.

Les douves qui forment une demi-étoile autour du centre en sont une preuve. Le casemate situé en contrebas de l’église Notre-Dame en est une autre. Il constitue un repère pour les chauves-souris, que Natuurpunt Damme, le club nature du village, propose d’observer via des safaris, notamment de nuit. Damme est une localité paisible, beaucoup moins fréquentée que Bruges, mais qui dispose d’un choix appréciable de restos, cafés, galeries d’art, façades anciennes et petites ruelles… L’office du tourisme propose aussi un mini Walking Tour pour se plonger en réalité augmentée dans l’art de Bruegel, l’histoire de la Flandre au XVIe siècle et l’étrange vie de Tijl Uilenspiegel, personnage emblématique du folklore flamand, reconnu pour son espièglerie et son insoumission.

Sport: le Zwin en packraft

Sur le canal de Damme, c’est le calme plat. Seuls un kayakiste – un habitué, vu le porte-kayak à roulettes installé sur son dos – et le bateau à aubes touristique baptisé Lamme Goedzak sont de sortie. La voie d’eau est désormais fermée aux deux extrémités, ce qui ne facilite évidemment pas le transport, mais n’empêche pas non plus la pratique du packraft, ce canot gonflable de trois kilos transportable en saccades. Seul ou accompagné par la boîte de microtourisme Puffins, il est possible de transiter de Bruges au Parc naturel du Zwin en une vingtaine de kilomètres. D’abord par le canal, puis – à la suite d’une marche de quelques kilomètres – sur le Zwinnevaart, ce cours d’eau étroit entouré de roseaux qui se faufile au milieu d’anciennes fermes magnifiquement rénovées. Mieux vaut être un sportif aguerri pour remonter le courant, surtout quand le vent se lève.

Damme

Lamme Goedzak, le bateau à aubes tourstique du canal de Damme. © Emilien Hofman

Nature: le Parc naturel du Zwin

Le billet du Zwin Natuur Park – attention, il est exagérément cher – donne accès à une exposition permanente sur la migration des oiseaux, à un parcours de cabanes, à un sentier “pieds nus” et à une tour panoramique. Cependant, à partir du parking payant de cette zone naturelle, il est possible de s’attaquer gratuitement à la randonnée du Zwin. Celle-ci se déroule le long de 12 kilomètres fléchés à l’aide de panneaux hexagonaux. On peut aussi se concocter son propre parcours pour atteindre, entre autres, le belvédère. De là, la vue se partage entre les “slikkes” (boues salées), les “schorres” (marais littoraux) et Hospitality, sculpture de Barry Flanagan installée dans les dunes en 1997. Sauf que tout le monde ici la surnomme “le lièvre”. Et puis, pour ceux qui ne peuvent vraiment pas faire sans la mer, elle n’est jamais qu’à quelques dizaines de mètres. L’occasion de s’en mettre plein la vue en se postant sur la terrasse du très “Beach Boys” Surfers Paradise pour observer les pros de la glisse.

Promenade: Zeebos et Uitkerkse Polders

Rares sont ceux qui connaissent l’existence de Zeebos, ce domaine provincial situé au-delà de la N34 entre Blankenberge et Zeebruges. À l’entrée, le chemin semble mener dans un vignoble, mais entre les arbres, l’espace s’élargit rapidement pour donner accès – en poussette et à vélo – à de belles étendues d’herbe où le vent du Nord se manifeste légèrement. Ici, une petite plaine de jeux en bois se fond dans le paysage. Là, un caillebotis mène à une agora naturelle située encore plus loin. La forêt de Zeebos est idéale pour se ressourcer. Ceux à qui cela ne suffit pas peuvent prendre la direction du Uitkerkse Polder, entre Blankenberge et Zuienkerke. Le polder est défini comme un “espace clos, conquis sur les eaux au moyen d’endiguements, puis asséché par le drainage à des fins traditionnellement agricoles”. Dans ce paysage ouvert, les étendues sont divisées par de minuscules rus tellement nombreux qu’ils ont forcé les agriculteurs à créer des ponts pour éviter de cantonner leurs vaches à de pauvres petits prés isolés. En plus de guider le visiteur sur les meilleures promenades au milieu des lapins et d’espèces rares d’oiseaux, le point info de Natuurpunt dispose d’un magnifique jardin pour boire un verre ou pique-niquer.

Détente: Maison Marraine à Lissewege

La légende dit que Lissewege figure parmi les dix plus beaux villages de Flandre. C’est probablement dû à son imposante église gothique Notre-Dame de la Visitation et aux ruelles qui l’entourent, mais surtout à ce surprenant canal Lisseweegs Vaartje, surmonté de trois ponts en bois et entouré de splendides maisons blanchies à la chaux. Ce n’est pas par hasard que Steven Soetewey a décidé d’installer son AirBnb à quelques pas de là. “Lissewege est un patelin idyllique, très calme, situé à dix kilomètres de Bruges et cinq de la côte, et où le parking est gratuit”, sourit celui qui a lancé en février dernier Maison Marraine. Un hommage à sa maman, dont il espère avoir hérité de la capacité d’accueil. “Je veux que les gens se sentent comme chez eux, tout en ayant l’impression d’être ailleurs, en vacances. C’est la raison pour laquelle on a installé un espace wellness (en supplément – NDLR).” Le fonctionnement de Maison Marraine est à mi-chemin entre le AirBnb et l’hôtel – Steven tient à lier contact avec chacun de ses hôtes et à préparer le petit-déjeuner devant eux. Et ça fonctionne: ses visiteurs restent rarement moins de deux nuits sur place.

lissewege

Le canal de Lissewege est un joyau méconnu des terres de la côte. © Emilien Hofman

Sur le même sujet
Plus d'actualité