Voyager autrement: ces alternatives à l’avion

L'avion coûte plus cher, il est de plus en plus décrié, mais existe-t-il des alternatives ? En fait, oui.

Voyager autrement: ces alternatives à l’avion
Belga

L’avion n’a plus la cote. Gros émetteur de gaz à effet de serre (8% des émissions selon une étude parue dans Nature Climate Change) il voit aujourd’hui le prix de ses billets augmenter. En Suède est même né le mouvement Flygskam/Flight shame qui culpabilise les gens qui prennent l’avion alors que la planète brûle. Mais existe-t-il des alternatives ?

Pour les longs trajets, non (sauf si on a beaucoup de temps et d’argent à perdre). Mais en ce qui concerne les petits et moyens trajets (bref, en Europe), ces alternatives existent. En voici un petit panel.

Le Slow Travel

Plutôt que de " remplacer " l’avion, le slow travel propose de concevoir ses vacances/voyages de manière différente. L’idée, ici, n’est pas d’arriver à une destination au plus vite pour profiter de l’endroit. Au contraire, le slow travel implique de considérer le trajet comme faisant partie intégrante du voyage/des vacances. Et donc, de s’imprégner de l’environnement, des changements de paysage, de nourriture, de coutumes qu’on découvre le long du chemin. Bref, l’important, c’est la route, pas la destination.

" Lambs on the road, please slow down " – Belga

L’autocar

En prenant le slow travel en considération, l’autocar n’est pas la meilleure alternative à l’avion. Certes, c’est beaucoup moins cher (et moins polluant), mais le trajet est souvent long et peu intéressant (on reste sur l’autoroute, souvent de nuit). L’autre bon plan, c’est qu’on arrive au centre-ville. Mais bon, à part ça, c’est pas le plus funky

Le train

Trans-Europe Express. Le train bénéficie depuis quelques années d’un regain d’intérêt. Il a pour lui quelques avantages : écolo, assez confortable, on peut regarder les paysages qui défilent (ou bosser, ou lire, ou faire plein de choses…). Quand le trajet paraît un peu long (on s’habitue vite), il est possible de circuler entre les wagons, aller boire un verre au bar ou prendre un snack au wagon restaurant.

Si le train n’est pas forcément moins cher que l’avion (il a même tendance à l’être un peu plus), le rapport qualité-prix se dévoile en sous-main : on évite des heures d’attente à l’aéroport (en ce sens, 5h de train équivaut à 2h d’avion), il nous amène au centre-ville, ce qui évite de payer un taxi trois fois plus cher que depuis un aéroport et le train de nuit (qui revient depuis quelques années) signifie une nuit d’hôtel économisée.

Comme le chantait Kraftwerk, le train est le transport européen par excellence. D’où le bon plan du pass interail pour visiter le continent. Deux formules, un pour toute l’Europe, l’autre pour un pays. Pas forcément donné, mais c’est compétitif par rapport à l’avion, surtout si on prend en compte la qualité du voyage.

https://www.jdroadtrip.tv/blog/le-pass-interrail-tour-europe-en-train/

Le van aménagé

Autre tendance, l’Europe en van. Plus écolo que l’avion, surtout si on est en famille, et beaucoup moins cher. Aussi une autre manière de prendre des vacances. On est dans une logique du road trip au milieu de la nature, vous voyagez avec votre rythme, sans planifier, en vous laissant aller. Nombre de vans ont une tente aménagée sur le toit, de quoi s’arrêter dans une vallée et dormir au son des oiseaux. Une option de plus en plus prisée.

https://aventure.marcovasco.fr/

A vélo ou… à pied

Et pourquoi pas prendre son vélo. Vélo cargo avec sa tente ou en sac-à-dos. Là aussi, c’est l’aventure en pleine nature. Il existe un réseau détaillé de pistes cyclables et de voies vertes qui traversent l’Europe. Possible d’organiser son voyage sans risque de se perdre et en avant, en hommage à Eddy Merckx !

https://green-hero.info/voyage-velo/

Ou alors… A pied. Là aussi, il existe un réseau de routes nature, les GR qui vont de ville en ville sur les petits chemins verts. Descendre par la Forêt de Soignes ou les Ardennes jusqu’en Provence ou en Italie. C’est possible. C’est ce qu’on faisait au Moyen Age ! Ainsi, les chemins de Compostelle ou la via degli dei qui tutoie les cieux entre Bologne et Florence. Déconnexion assurée ! De nombreux gîtes vous offrent couvert et repos sur le chemin. C’est l’aventure !

https://www.gr-infos.com/

Sur le même sujet
Plus d'actualité