Où se baigner en Wallonie ?

La Région a ajouté 3 nouvelles zones de baignade sur sa liste pour la saison balnéaire 2021, qui démarre dès aujourd’hui !

Le Lac de la Plate-Taille. (Belga)

On l’a longtemps attendu, presque tout le mois de mai, mais le beau temps est enfin là. Et malgré les 20-22°, pas les températures les plus chaudes auxquelles la Belgique a du faire face, le soleil cogne tout de même. De quoi donner des envies de plonger dans l’eau. Certains pensent immédiatement à une piscine, gonflable ou « en dur », d’autres à la mer. Mais ce n’est pas tout.

Les lacs et rivières de Wallonie peuvent également être un excellent moyen de se rafraîchir. Le SPW Environnement vient d’ailleurs de mettre à jour sa carte des différentes zones de baignades accessibles au public. Cette année, elles sont trois à s’ajouter à la liste de ces lieux où il est possible de nager sans risque, dont un toute nouvelle, le «canal-plage» à Estaimpuis, qui sera ouverte en juillet et août. Les deux sont autres sont les étangs de Recht à Saint-Vith et le lac de Neufchâteau, qui ont pu rouvrir car la qualité de l’eau s’y est améliorée.

Cela fait donc 27 zones de baignade pour cette saison balnéaire 2021, qui s’étend du 1er juin au 30 septembre, une période plus longue qu’auparavant.

Elles sont toutes affichées sur la carte du SPW Environnement.

Qu’est-ce qui définit une zone de baignade ?

En Belgique, on ne peut pas se jeter à l’eau n’importe où. Si la Wallonie définit des zones de baignade, c’est pour pouvoir les surveiller. En effet, durant toute la saison, l’eau de chacun de ces lieux est régulièrement analysée les équipes du SPW, qui indiquent ensuite au public l’état de l’eau à cet endroit.

Car ce n’est parce qu’un lieu est défini zone de baignade qu’il est possible de s’y baigner à tout moment. Par exemple, ce mardi 1er juin, il n’était autorisé d’aller nager que dans 15 de ces lieux, l’eau étant jugée trop polluée dans les autres. Donc avant de faire le déplacement, pensez à vérifier le statut de votre lac ou rivière de destination. 

Bientôt plus de zones

Une plus longue saison balnéaire, avec plus de lieux où la baignade est autorisé, ce n’est pas encore assez pour la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier.  Elle aimerait faire encore mieux. « L’objectif pour l’an prochain, c’est de poursuivre dans cette voie et de gagner encore un mois, en ouvrant la période de baignade en plein air le 1er mai », a-t-elle expliqué

Et pour pouvoir ajouter de nouvelles zones à la liste, elle lance un appel aux communes qui souhaiteraient en avoir une sur leur territoire. Elles peuvent indiquer de potentiels lieux de baignade à la Région wallonne, qui analysera cette éventualité.

« Les investissements régionaux en matière d’assainissement des eaux usées, et notamment la construction de stations d’épuration collectives, la pose de nouveaux égouts ou encore l’installation de systèmes d’épuration individuels en zone d’assainissement autonome, ont permis une amélioration de la qualité bactériologique de l’eau », a détaillé la ministre, qui a cité quelques lieux qui seront bientôt évalués pour les prochaines années comme la Meuse à Jambes ou encore le lac des Doyards à Vielsalm.

Baignade et Covid

Plein air, soleil et baignade ne marquent pas la fin des gestes barrière. La distanciation entre bulles est toujours de mise, tout comme le port du masque dans les lieux fermés, comme les sanitaires ou WC disponible à certains endroits par exemple. Les vestiaires et douches restent interdits. 
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité