Pourquoi il vaut mieux ne pas se retenir d’éternuer

Retenir un éternuement en se bouchant le nez et en fermant la bouche est potentiellement dangereux pour la santé.

obstruer les deux portes de sortie de l’air que sont les narines et la bouche fait également augmenter la pression au sein de notre système ORL
obstruer les deux portes de sortie de l’air que sont les narines et la bouche fait également augmenter la pression au sein de notre système ORL @BELGAIMAGE

Votre nez chatouille alors que vous êtes au milieu de cette réunion importante. Rien à faire, vous sentez monter cette envie pressante. Et comme vous savez qu’un éternuement peut atteindre jusqu’à 50 km/h et projeter des microbes à quelque 9 mètres de distance, vous bloquez toutes les écoutilles, nez et bouches fermées, pour être sûr qu’une balle perdue ne frappe pas par malheur la chemise de votre boss, juste en face. Erreur : il vaudrait mieux le laisser sortir, au risque de vous faire remarquer, au moins par le bruit.

C’est qu’éternuer est un réflexe naturel à ne pas réfréner, sous peine potentiellement de conséquences non négligeables pour votre santé. En éternuant, notre corps expulse en effet des impuretés qui sont arrivées dans nos cavités nasales, afin de protéger nos sinus ou nos poumons. En cas de rhume, le corps évacue ainsi du mucus, qui aurait autrement abrité des bactéries, virus…

À lire aussi : Les meilleures astuces de grands-mères pour se requinquer quand on est malade

Au-delà de se priver d’un bouclier naturel, obstruer les deux portes de sortie de l’air que sont les narines et la bouche fait également augmenter la pression au sein de notre système ORL (oto-rhino-laryngologique).

Elévation de la pression artérielle

Dans certains cas, «retenir son éternuement peut aussi avoir des conséquences sur l’orbite d’un patient et provoquer des œdèmes de l’œil, mais également provoquer des maux de tête violents, des saignements de nez et même des syndromes méningés…», expliquait à Ouest-France le médecin Jean-Michel Klein, vice-président du Syndicat national des médecins spécialisés en oto-rhino-laryngologie. Ce mauvais réflexe occasionne parfois même des déchirures des tympans dues à l’hyperpression subite de l’air dans les oreilles. Ou de la gorge : cela a été le cas pour un Anglais de 34 ans qui avait retenu un éternuement, comme le montrait une étude parue dans le BMJ Case Reports en 2018.

À lire aussi : Allergies: la saison du rhume des foins a déjà commencé

Se boucher le nez pour bloquer un éternuement peut même conduire dans de rares cas à des problèmes pulmonaires, voire à une rupture d’anévrisme. «Retenir un éternuement peut même causer une rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau en raison de l’élévation momentanée de la pression artérielle, causant ainsi la mort», pointait en 2018 le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste et animateur de radio, au micro d’Europe 1.

«Ce qu’il faut vraiment éviter, résumait Jean-Michel Klein dans Ouest-France, c’est de bloquer l’air en se pinçant le nez et garder la bouche fermée. Les gens doivent garder à l’esprit qu’éternuer est un réflexe naturel et qu’il n’est pas mauvais pour le corps».

À lire aussi : Dépression, anxiété, mal-être : comment se soigner naturellement

Sur le même sujet
Plus d'actualité