C'est la journée internationale des pulls de Noël : mais pourquoi sont-ils si moches ?

Ce 16 décembre a lieu l’événement le plus inutile de l’année: la journée internationale du pull de Noël. Il faut avoir le cœur bien accroché. Un peu de laine dans un monde de froideur.

Pourquoi porte-t-on des pulls de noël moches?

Le jour J

Image

Le pull culte

Image

 

En 2001, l’un des pulls de Noël les plus célèbres de l’histoire du tricot: celui que porte Colin Firth alias Marc Darcy dans Le journal de Bridget Jones. Lorsque Bridget voit Marc pour la première fois, elle n’a d’yeux que pour sa belle gueule… Pourtant, juste en dessous, il y a ce terrible col roulé vert sapin exhibant une (soi-disant) rigolote tête de renne à nez rouge. Marc pensait être dans le ton, il est foudroyant de ringardise.

Le modèle Stromae

Image

 

Mosaert, la marque fondée par Stromae et son épouse Coralie Barbier, ne recule devant rien - et certainement pas devant les couleurs qui klaxonnent. En 2018, pour les fêtes, le couple propose une collection capsule en édition limitée comprenant deux pulls de Noël - motifs licornes et arc-en-ciel - déclinés sur deux paires de chaussettes qu’il faut pouvoir assumer. En public ou sur une île déserte.

La famille sweaters

Image

 

En décembre 2016, à l’occasion de la journée internationale du pull de Noël au profit de l’association Save The Children, le musée Madame Tussauds à Londres a eu la bonne idée d’immortaliser un portrait de la famille royale en pleine orgie de motifs Christmas. Ça sent le plum-pudding, les fruits confits, le clou de girofle et la laque d’Élisabeth II jusqu’ici, mais qu’est-ce que c’est bien bidonnant.

La bible

 

Tout amateur de pulls de Noël qui “se respecte” se doit d’étudier la bible d’Anne Marie Blackman et Brian Clark Howard, Rock Your Ugly Christmas Sweater. Soit 192 pages de chandails moches, à côté de la plaque, écœurants, portés par des gens qui n’ont aucun amour-propre ni sens du ridicule dans des situations de total ratage ou de challenge social. Avertissement amical: on ne sort pas tout à fait indemne de ce livre

Sur le même sujet
Plus d'actualité