Après les escape rooms, la tendance des jeux d’enquête

Focus sur ces jeux qui proposent d’élucider des affaires criminelles à coup d’indices et de recoupement d’infos. Une expérience.

jeu d'enquête
@ DR

Le principe est simple, mais efficace: un crime a été commis, vous recevez le ­dossier de police, à vous de jouer pour résoudre l’affaire. Généralement, vous devrez répondre à une série de questions pour gagner. Il n’y a donc (quasi) pas de règles. Vous n’avez besoin que de neurones, d’une connexion Internet et de quoi prendre des notes. Il n’y a pas non plus de “grand vainqueur”: on est tous unis pour rétablir la vérité des faits.

Comme les jeux d’escape rooms (Unlock), le jeu d’enquête propose une expérience au groupe de participants. Il ne se rejoue pas (puisqu’on connaît la solution), mais il ne s’oublie pas non plus. En plongeant dans ces énigmes bien faites et souvent très réalistes, on partage un moment intense. L’un des plus gros succès du genre, Sherlock Holmes – Détective Conseil, est signé du créateur d’Unlock, Cyril Demaegd. Le jeu date des années 80. À l’époque, il se présentait sous la forme d’un classeur de scénarios. Remanié, avec des illustrations plus sexy, il a relancé la mode des jeux d’enquête. Une deuxième boîte, Sherlock Holmes – Détective Conseil: Jack l’Éventreur, a d’ailleurs fait suite.

Dans les deux cas, on est à Londres avec pour mission de résoudre dix histoires dans un esprit 100 % Conan Doyle. Pour ce faire, on reçoit des livrets de ­scénarios, des éditions du Times, des plans et un annuaire. Et on commence à se promener, à aller interroger des personnages, à débattre entre participants pour trouver la solution. Les enquêtes peuvent parfois durer, errer, voire torturer les méninges. Dans le même ordre d’idées, mais moins victorien, Détective fait de vous les enquêteurs d’une agence. Vous disposez de rapports de témoins, d’interrogatoires, de fiches de données personnelles pour vous guider.

Certains ont épuré le principe. Les versions les plus modernes des soirées enquête livrent uniquement un dossier criminel et renvoient à un site Internet. Mais lorsque vous ouvrez la boîte des Flammes d’Adlerstein, vous trouvez cartes, relevés de téléphonie, photos, dessin d’enfant, billet d’avion… Vous découvrez qu’un incendie a eu lieu dans une maison et que le propriétaire est décédé. Comment? Pourquoi? À vous de lire, comparer, compulser, jeter un œil sur le Facebook des protagonistes! Une tuerie! Dans le même genre, on vous recommande Qu’est-il arrivé à Lara Talmor?, enquête vraiment cohérente.

SHERLOCK HOLMES – DÉTECTIVE CONSEIL: LES MEURTRES DE LA TAMISE, dès 12 ans, de 1 à 8 joueurs, Space Cowboys, 44,90 €.

DÉTECTIVE, à partir de 16 ans, de 1 à 5 joueurs, Iello, 45 €.

QU’EST-IL ARRIVÉ À LARA TALMOR?, à partir de 12 ans, Criminal Case Clues, 19,90 €.

LES FLAMMES D’ADLERSTEIN, à partir de 10 ans, Origames, 19,90 €.

Sur le même sujet
Plus d'actualité