Tchin gin

S’il est un produit qui défie le temps, c’est bien le gin. Accompagnant un poisson fumé, du caviar, en cocktail ou en shot, le champ des possibles ludiques est infini et la production belge, à la hauteur. Testing avec sagesse pour bien commencer ce long week-end.

@ Adobe

Le gin est un spiritueux obtenu en aromatisant de l’alcool éthylique avec des baies de genévrier. Les variations aromatiques sont liées à différentes manières de procéder. Le gin n’est jamais que la version anglaise du genièvre, produit créé dans les anciens Pays-Bas espagnols. L’alcool au genièvre aurait été inventé au XVIe siècle, la distillerie Bols fondée en 1575 serait la plus ancienne au monde par ailleurs. On notera que Bols commercialisait déjà un genièvre d’Amsterdam au milieu du XVIIe. Le genièvre est devenu gin au début du XVIIIe siècle après que la “Glorieuse Révolution” eut installé Guillaume III d’Orange-Nassau sur le trône d’Angleterre. Le nouveau roi, affolé par les ravages des alcools médiocres produits dans son royaume, eut tôt fait de légiférer pour tenter de réguler la production. Ainsi naquit le gin. En Grande-Bretagne, il est devenu un des piliers de la nation en un peu plus de trois siècles. Mais c’est d’Espagne que la vague actuelle est partie. D’où vient ce tsunami? Pour bien savoir de quoi on parle, le London Dry est une appellation qui n’en est pas une au sens littéral du terme, mais qui recouvre une manière de procéder bien délimitée. Sloe gin est une liqueur de prunelles et de gin bien connue des chasseurs et des randonneurs. Le navy gin correspond à un gin à 50° qui pouvait être stocké à côté de la poudre à canon sur les navires de guerre sans craindre de corrompre ses qualités explosives en cas d’éclaboussures. Il existe encore, mais il est rare. Les quinquagénaires et leurs aînés se souviennent avec un demi-sanglot dans la gorge que dans leur folle jeunesse ils buvaient du JB coke ou du gin  tonic/orange/vodka (biffer la mention inutile). Des produits assez moyens mais qui trustaient les bars, discothèques et fêtes en tout genre. Puis ils sont passés de mode et la poussière de l’infini s’est déposée petit à petit sur ces saveurs. C’était compter sans le côté cyclique des modes, en y ajoutant une touche de complexité, mais surtout, en transformant un spiritueux moyen en alcool “premium”. Car le gin est devenu nettement plus glam, nettement plus cher aussi l’air de rien et un genre de passeport pour le paradis du luxe. En Belgique, la vague est née en Flandre, prenant les allures d’un tsunami avant de conquérir la Wallonie une petite décennie plus tard sans coup férir. Entre les “vrais” distillateurs et les acheteurs d’étiquettes, la frontière a été savamment brouillée. Il est vrai qu’il y a très peu de producteurs dans le royaume. Quelques-uns d’entre eux sont parvenus à se faire un nom qui résonne comme une oriflamme de qualité au milieu d’un océan de médiocrité. De plus, à force de se sentir obligé de noyer cet alcool dans un aquarium, avec un tiers d’iceberg moyen, 20 cl d’eau pétillante sucrée et aromatisée, sans oublier la salade de fruits et la demi-épicerie, on a perdu l’essentiel de vue: l’équilibre et la saveur du gin. De plus en plus de gins se dégustent seuls, accompagnant un poisson fumé, du caviar, en shoot, le champ des possibles ludiques est infini.

@D.R.

Gemblue Barrel Aged Gin Wave Distil  – 19/20 

Bon d’accord, Gemblue c’est un peu étrange comme nom, mais le produit, distillé sur les hauteurs de Dinant, est superbe. Ce gin vieilli en fût de merisier avec une infusion de bois de genévrier est totalement différent de ce qu’on a l’habitude de trouver. Le côté poivré apporté par le merisier est complété par une rondeur, un moelleux qui en font un produit très haut de gamme indéniablement. À découvrir absolument. 48 € – www.wavedistil.be

@D.R.

Dry Gin with hop by Diôle – 17/20 

Nous voici en présence d’un gin infusé de 10 plantes aux notes fruitées passant par l’agrume, la cardamome, l’écorce d’orange douce, le gingembre et le houblon issu de Basècles. Pas besoin d’en faire des cocktails, ça se boit sec et sans élan, comme ça, pour bien savourer.  41,50 € –  www.brasseriedescarrieres.be

@D.R.

Principauté de Liège “Rebel One” – 14/20

Le nez oscille entre les notes de massepain, de cardamome et de bergamote. On y trouve aussi de la cerise. En bouche on trouve la cannelle, des écorces de citron, de la lavande, sans oublier le genévrier de base. Rebel One est certifié bio. Et il se complète bien d’un soda parfumé pour faire un cocktail. 39,40 € – www.principautedeliege.com

@D.R.

Anguien Gin “Cuvée Parmentier” Distillerie De Cort – 17/20 

Élaboré par l’un des distillateurs parmi les plus précis du royaume, le Gin d’Anguien est issu de la volonté caritative d’un service club local. Et c’est une magnifique idée! Il associe aux traditionnelles baies de genévrier des épices délicatement dosées, cardamome, badiane, coriandre, zestes d’orange et de citron… et surtout des boutons de rose qui lui donnent sa douceur veloutée. 39 € – www.anguien.be

@D.R.

Gin de Binche Plus Oultre Distillery – 17/20 

Pas de carnaval cette année à Binche, alors il faut des parfums de lilas et d’orange sanguine pour se consoler. Ce gin est superbe, bien marqué par l’orange au départ, le côté floral vient derrière pour souligner l’ensemble. C’est fin, délicat et en cocktail, avec du Rufus, c’est juste une tuerie. 52,90 € – www.gindebinche.be

@D.R.

Charismatic Gin Distillerie Gervin – 17/20 

Une distillerie familiale, boostée par la génération actuelle, qui propose une gamme large, créative, originale, à découvrir sans tarder. Dans Charismatic il y a des baies de genévrier, une dizaine d’épices et d’aromates qui ont pris le temps de faire connaissance sur l’air unique d’un distillat de bière belge ambrée. Wallonie oblige. Et c’est très bon. 43,50 € – www.gervin.be

@D.R.

Princesse Vampire “Pumpgin” Distillerie de Biercée – 18/20 

Sans sucre ajouté, son goût est adouci de baies de genévrier, d’oranges navel, de citrons et d’un mélange botanique comprenant houblon, girofle, anis vert, hysope, fenouil, cumin, safran, coriandre et carvi. Ce gin, parfumé de potirons bruxellois, est une drôle d’histoire. Son créateur ne boit pas d’alcool, mais il produit les potirons dans son jardin. Il s’est adressé au spécialiste wallon du gin sur mesure et le résultat est époustouflant. 28,90 € – www.pumpgin.be

@D.R.

Cala Kumquat Gin Distillerie de Biercée – 19/20 

De l’alcool de grain neutre, aux baies de genévrier, kumquat, cacao, houblon, clous de girofle, orange, citron, tout est dit: coup de coeur! Le côté agrume du kumquat apporte une note fraîche qui lui donne un coup de revenez-y. C’est équilibré. Avec un gravlax ou une mousse de truite aux agrumes, c’est juste magnifique. 42 € – www.cala-kumquat-spirits.com

@D.R.

Terril Black Gin born in Silicose Valley Distillerie de Biercée – 18/20 

Cette bande-là est unique. Créativité exceptionnelle, délires magnifiques. Jamais à court d’une folie, tout ce qu’elle crée est parfait. Quand elle se lance dans un gin, elle utilise les bières de sa brasserie, et y ajoute du pomelo, de la cardamome et, pour ne pas faire comme les autres, elle lui confère une couleur exceptionnelle puisque ce gin oscille entre le bleu marine et le noir suivant la lumière. Le résultat est grandiose. 35 € – www.brasserieduborinage.be

@D.R.

Maredsous Gin “Invictus” – 17/20 

Il y a des gins classiques, des gins bio, des gins parfumés, mais Invictus Bio a la particularité d’être issu de l’infusion de plus de 10 plantes énergisantes: baie de genévrier, berce, chaton de noisetier, angélique et j’en passe et des meilleures, et vieilli en fût de chêne. C’est dans la trilogie de Maredsous celui qui donne le coup de quick qui énergise. Avec une Ginger Beer, ça dégage bien. 36 € – www.maredsous-gin.be

@D.R.

Nom di Gin “100 % esprit wallon” Gin premium – Distillerie artisanale du Fays – 18/20 

À la différence de la majorité des gins qui utilisent comme base l’alcool neutre, le Nom di Gin est issu d’alcool vinique. Après macération, un passage dans l’alambic “Camille” assure la fusion des 13 “botanicals” et fruits utilisés. C’est la première fois que je trouve sur un site un schéma compréhensible de la distillation et de l’élaboration d’un gin. Et en bouche, c’est un bonheur. 45 € – www.nomdigin.be
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité