Souriez, vous êtes filmés

La démocratisation de la domotique permet de s’équiper de systèmes de surveillance de plus en plus perfectionnés. Un marché en plein boom mais soumis à un cadre législatif strict.

@Adobe

Logitech, Arlo, Amazon, Google ou encore Netatmo: nombreuses sont les entreprises à s’être lancées sur le terrain de la sécurité et de la surveillance vidéo. Caméras d’intérieur ou d’extérieur, avec ou sans fil, sur abonnement ou pas, les possibilités sont nombreuses. Mais
quels critères prendre en compte?

L’alimentation

Avant de faire un choix concernant la qualité de l’image, le mode d’enregistrement, la compatibilité avec vos autres appareils ou toute autre fonctionnalité supplémentaire, il convient de décider où sera placée chaque caméra, et comment les alimenter. Il existe en effet deux façons de connecter une caméra à un système domotique: sur secteur, ce qui implique la présence d’une prise électrique à proximité, ou sur batterie, ce qui implique une recharge après 3 mois, 6 mois ou un an selon les modèles. Pour plus de facilité, on privilégiera les modèles rechargeables pour l’extérieur, et les caméras filaires pour l’intérieur. Tout en vérifiant que votre réseau Wi-Fi soit suffisamment puissant pour être capté par les caméras extérieures les plus éloignées de votre routeur.

La qualité de l’image

La plupart des caméras actuellement sur le marché proposent trois qualités d’image: 720p (dit HD), 1080p (Full HD) ou 4K (UHD). Globalement, si la 4K ne s’avère pas toujours nécessaire, mieux vaut éviter les modèles 720p qui offrent une qualité déjà datée et se tourner vers la Full HD. D’autant que le résultat obtenu est souvent de moins bonne qualité que celle annoncée par le constructeur. À cette qualité d’image viennent s’ajouter deux autres points qui auront leur importance dans certains cas: la présence d’un mode vision nocturne, pour filmer de nuit et l’éclairage afin d’illuminer votre scène en cas de détection de mouvements. Quoi qu’il en soit, le meilleur moyen de se rendre compte d’une qualité d’image, ce sont les tests sur YouTube, qui offrent un bon aperçu des réelles capacités de chaque modèle.

Le mode d’enregistrement

Qui dit caméras de surveillance dit vidéos qu’il faut stocker. Selon les marques et les modèles, plusieurs solutions existent. Certaines caméras enregistrent directement sur une carte mémoire, d’autres sur votre téléphone. Mais la plupart proposeront une sauvegarde sur le cloud, qui a ses avantages (les vidéos sont disponibles depuis n’importe quel appareil) et ses inconvénients (l’option est souvent payante et le prix des abonnements est rarement bon marché). Si vous utilisez plusieurs produits Apple, la meilleure solution est d’opter pour une caméra compatible avec la fonction HomeKit Secure Video. Cela signifie que l’enregistrement et le Stockage des vidéos sont assurés par Apple. Tout ce qu’il vous faut, c’est un stockage iCloud de 200 Go au minimum, et la marque à la pomme se charge de sécuriser et de sauvegarder vos données.

Les bonus

Les caméras de surveillance connectées modernes proposent de nombreuses fonctions complémentaires, plus ou moins utiles selon l’utilisation que vous en aurez. Comme l’audio bidirectionnel, qui vous permettra d’entendre, mais également de communiquer via un microphone intégré à la caméra. Ou encore la reconnaissance faciale, qui prend en charge l’enregistrement de vos contacts et peut également reconnaître les animaux. Enfin, certaines marques proposent une fonction sirène.. Mais cela ne remplace évidemment pas un véritable système d’alarme.

Quid de la vie privée?

Afin d’éviter tout piratage de vos flux vidéo, il est conseillé d’opter pour un identifiant et un mot de passe solide. Même chose pour votre réseau Wi-Fi. Évitez donc de garder les mots de passe attribués par le constructeur ou votre fournisseur Internet. Veillez également à mettre à jour votre système de sécurité. Si une mise à jour du firmware (le système interne de votre caméra) est proposée par le constructeur, c’est qu’il y a des raisons. Mieux vaut donc être à jour afin d’éviter toutes failles de sécurité. Enfin, pour les caméras d’intérieur, dirigez-vous
vers des appareils dotés d’un cache pour la caméra et d’une fonction permettant de désactiver momentanément le micro. 

Que dit la loi?

La loi “caméras” du 21 mars 2018, régulant l’installation et l’utilisation de caméras de surveillance, impose aux gérants d’un magasin, aux entreprises, mais également aux particuliers, de déclarer leurs caméras de surveillance; de tenir un registre d’activités de traitement d’images et d’apposer un pictogramme à l’entrée du lieu surveillé. La déclaration peut se faire en ligne sur le site www.declarationcamera.be et ne concerne évidemment que les caméras d’extérieur, dont le but est de surveiller l’entrée d’une maison ou le jardin autour de la maison. La personne qui installe, à l’intérieur de son habitation privée, une caméra de surveillance, à des fins personnelles et domestiques, n’est donc pas concernée par cette loi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité