Personne ne résiste à l’appel de Lego

Bienvenue dans le monde des Afol, les ”Adult fans of Lego”. La marque bichonne ce public et va jusqu’à mettre en scène son univers dans un divertissement télé, Lego Masters. 

@Adobe

Depuis la commercialisation en 1954 de la première ”brique à tenons”, des générations ont grandi en construisant des villes, des trains, des châteaux, des vaisseaux… Devenus adultes, certains poursuivent le plaisir, à l’affût des séries spéciales, des collaborations (Adidas, Levi’s, Ikea, Universal), et des magasins, la communauté belge frétillant à l’annonce de l’ouverture, au printemps, d’un Lego Store de 2.700 m2 à Bruxelles. Lego se décline aussi en jeux vidéo, films, séries, mais garde toujours son humour décalé… et sa philosophie. 

En 1932, Ole Kirk Christiansen nomme sa fabrique de jouets en bois Lego, du danois leg godt soit ”joue bien”. Le chiffre d’affaires de l’entreprise donne le tournis. Son duel avec Mattel pour le titre de numéro 1 mondial du jouet court depuis 2014 (année où la brique danoise a ravi la couronne à Barbie). Les opérations commerciales s’enchaînent, avec Disney, Marvel… Pourtant, les valeurs originelles restent. Achetez… mais ”ne jetez pas les briques, passez-les”, peut-on lire partout sur le site. Les Lego des seventies retrouvés au grenier sont compatibles avec les boîtes achetées à Noël. Et si l’on a besoin d’idées, tous les modes d’emploi des modèles en vente sont disponibles en PDF à télécharger sur Lego.com.

Pendant longtemps, la brique verte n’existait pas, pour éviter que les enfants construisent des véhicules militaires. On fait la guerre chez Lego, dans l’Asie magique des Ninjago, dans le cosmos, chez les chevaliers ou les pirates. Pas dans la vraie vie. Depuis 2018, les éléments végétaux (2 % de la production) sont réalisés dans du plastique à base de canne à sucre. En 2021, les sachets de plastique seront remplacés par du papier, avec pour objectif en 2025 la généralisation des emballages durables. On peut y voir du green-washing… Ou un engagement, qui ne se limite d’ailleurs pas à la planète. Ainsi en août 2020, la gamme Lego Braille Bricks a été lancée pour se déployer l’année prochaine. Son concept? Des briques destinées à aider les enfants déficients visuels à apprendre la lecture et l’écriture, qui reproduisent les caractères de l’alphabet braille. Les séries Serious Play et Mindstorms initient les mômes au codage.

@D.R.

Communauté ultra-“créactive”

Outre les clubs et les expositions, les Afol se retrouvent aussi en ligne. Ils partagent leurs MOC (My own creation), échangent leurs idées, revendent, achètent des briques ou des personnages à la pièce… Lego prend le pouls de ses ultras et a racheté leur site d’enchères et de pièces détachées, Bricklink.com, en 2020. Certains de ces MOC finissent d’ailleurs dans les rayons des Lego Stores, sous le label Lego Ideas. Le principe? Sur le site Lego Ideas (qui propose aussi plein de challenges et d’idées), le public vote alors pour élire ses créations favorites. Lorsque l’une d’elles récolte 10.000 voix, la marque envisage sa commercialisation. Les derniers venus sont une réplique de piano à queue (qui bouge!) et la maison de 123 Sesame Street. On attend, dans les mois prochains, le décor de Maman, j’ai raté l’avion!
Hélas, qui dit fans dit collectionneurs et dès lors… spéculateurs. Des études récentes ont montré que le placement dans la brique en plastique offrait jusqu’à un rendement de 11 %. Une figurine, Monsieur Or, série limitée de 5.000 exemplaires, vaut aujourd’hui 4.500 €. 
La première maison de la gamme Modular, le Café du coin, sortie en 2007, est aujourd’hui proposée aux enchères sur Bricklink entre 1.500 et 3.000 € (pour un prix de vente initial autour des 150 €). La marque a dû limiter l’achat à trois exemplaires par personne. Le Colisée, plus gros Lego jamais sorti avec ses 9.036 pièces, vendu à 499,99 € prix officiel, est déjà ”en réassort” sur le site. La rupture de stock est proche, alors qu’il n’est en vente que depuis le 27 novembre!

@D.R.

Les Lego Masters belges

Depuis le 26 décembre RTL-TVI propose Lego Masters. Durant quatre primes (jusqu’au samedi 16 janvier), huit duos s’affrontent pour créer des décors spectaculaires. Parmi les ”brickmasters”, deux Belges, Alban, 42 ans, infographiste, et Xavier, 41 ans, chef d’entreprise. Alban Confesse posséder 2.700 sets, tous construits, fruit de 15 ans de collection. Ils sont venus pour rigoler et rappeler l’essentiel, insiste Xavier. ”La valeur du Lego, c’est la créativité, pas une boîte en carton avec des sachets scellés, emballée dans du papier bulle.” Alban raconte: ”Le lego, c’est comme de la peinture. C’est mon matériau d’expression. Je construis tous les soirs, c’est ma séance de yoga. J’aime glisser de l’humour dans mes décors, ajouter un Freddie Mercury dans un univers Star Wars par exemple. C’est ça, l’esprit Lego. En participant au jeu, on voulait faire passer des messages aux petits et à leurs parents. Il n’y a pas d’âge pour s’amuser. Il faut laisser les enfants s’exprimer, démonter ce qui existe pour laisser parler leur imagination”. Pour commencer, les deux compères recommandent la gamme Creator 3 en 1. ”Ce sont des modèles à prix raisonnables, qui proposent trois façons de construire. C’est un bon début pour comprendre que le jeu n’est pas fini quand c’est construit”, souligne Xavier.

Sur le même sujet
Plus d'actualité