Et si je créais mon site?

Si les réseaux sociaux sont notre moyen de communication en ligne préféré, les sites web personnels n’ont rien perdu de leur charme. Ça tombe bien, leur création n’a jamais été aussi simple.

capture

Imaginer son site? Un blog, un portfolio, un site professionnel, une petite plateforme d’e-commerce, les possibilités sont infinies. Tout comme les moyens de mettre sur pied tout ce que vous avez en tête. Malgré l’influence des réseaux sociaux, sur lesquels le partage d’idées, de “mèmes” et de réflexions a grandement été simplifié, des outils comme WordPress, Squarespace ou Wix, entre autres, n’ont cessé d’évoluer, au point de rendre les cours de codage (presque) obsolètes. Que vous débutiez en ligne ou que souhaitez faire votre grand retour, plusieurs années après l’avènement des blogs, voici notre tour d’horizon des différentes options disponibles.

WordPress

Sans doute le CMS (content management system, ou système de gestion de contenu) le plus célèbre, WordPress est la référence en matière de blogs. Depuis sa création en 2003, la plateforme fait tourner 36 % des sites web actuellement en ligne. Preuve que l’outil a su s’imposer face à la concurrence (comme Joomla ou Drupal), notamment grâce à des mises à jour régulières et une communauté très active, qui développe à la fois des thèmes pour “habiller” votre site, et des extensions qui le rendent encore plus polyvalent. WordPress fonctionne de deux façons… Soit vous hébergez et installez vous-même le CMS, ce qui signifie qu’il faudra faire appel à un hébergeur et s’y connaître un tout petit peu en codage. Soit WordPress héberge lui-même votre site, moyennant quelques euros. Plusieurs offres sont proposées, allant de 1,79 euro à 11,99 euros par mois, selon vos besoins. Une option gratuite, mais limitée est également disponible. Et bonne nouvelle: toutes les options payantes de WordPress offrent le nom de domaine la première année. De quoi économiser quelques dizaines d’euros en frais d’enregistrement, selon l’extension choisie (un “.be” ne coûtera pas le même prix qu’un “.com” ou un “.net”).

À la recherche du design parfait

Une fois votre site installé et opérationnel, il faut le customiser. Une simple recherche Google vous permettra de trouver des centaines de thèmes gratuits, à installer en quelques clics. Mais si vous souhaitez un look plus “professionnel”, mieux vaut se diriger vers ThemeForest. Une boutique qui regorge de thèmes et d’extensions, pour WordPress et une foule d’autres CMS (Ghost, Jekyll, et même Tumblr). Vous y trouverez de quoi concevoir en quelques clics le site de vos rêves. Blog, site vitrine, portfolio, magazine, site pour un restaurant ou un bar, tout y est. Comptez entre 20 et 80 dollars par thème. Pour les plus créatifs et les plus patients, il est également possible de partir de zéro en concevant un nouveau thème de toutes pièces. La plateforme d’apprentissage Udemy propose des formations en ligne entièrement consacrées à la création de thèmes. Cela représente certes un investissement, en temps et en argent, mais qui à terme pourrait bien vous permettre d’ajouter une nouvelle compétence à votre CV et, pourquoi pas, vous rapporter, en vendant à votre tour des thèmes sur ThemeForest.

Les solutions tout-en-un

Si la flexibilité offerte par WordPress vous effraye, vous pouvez vous diriger vers des plateformes touten-un, qui proposent à la fois l’hébergement, le nom de domaine, la conception du site, plusieurs design et des outils de statistiques et de marketing. Squarespace (dont l’offre de base démarre à 15 euros par mois) est le plus connu, et le plus prisé des photographes et des créatifs en général. L’interface, tout en “drag and drop” (glisser-déposer), permet à chacun d’obtenir un résultat de qualité en quelques minutes à peine. Moins cher, mais tout aussi complet, Wix propose une offre de base à 8,50 euros par mois, et propose à peu de chose près les mêmes fonctionnalités que son principal concurrent. Un petit conseil : faites un tour sur les thèmes proposés par les deux plateformes avant de faire votre choix. Cela devrait fortement influencer votre décision.

Les offres gratuites

Rassurez-vous, toutes les plateformes ne sont pas payantes, et il existe une multitude d’options gratuites, qui vous promettront de vous exprimer comme vous le souhaitez. Citons notamment Tumblr, un site en mal de popularité après avoir conquis des millions d’utilisateurs (quand les microblogs étaient à la mode), mais qui continue de proposer un service simple et efficace. Mais encore Blogger, la plateforme de blogs de Google; ou Weebly et Webself, deux services similaires à Squarespace et Wix, et qui offrent une version gratuite financée par de la publicité affichée sur votre site. Enfin, même si elle est entièrement basée sur
le texte, la plateforme Medium peut accueillir toutes vos pensées, de la plus courte à la plus longue. Autant de services et de solutions qui sauront mettre votre contenu en avant. Alors, au travail!

Hébergement et nom de domaine

Les “registrars” (ou registraire de nom de domaine en bon français) sont légion, mais tous ne se valent pas. Une fois votre nom de domaine trouvé, mieux vaut ne pas se ruer sur des offres trop belles pour être vraies, mais plutôt comparer les prix, par exemple auprès de l’entreprise française OVH, ou de l’entreprise danoise one.com. Vous pouvez également vous tourner vers votre opérateur (notamment Proximus ou Telenet), qui permet d’enregistrer un nom de domaine. À noter que ces “registrars” proposent généralement d’héberger votre site, et dans certains cas, d’y installer WordPress et d’autres plateformes à votre place. De quoi faire d’une pierre deux coups.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité