Les joies du célibat

Cuisiner seul, c’est aussi s’offrir le bonheur de ne manger que ce que l’on aime, au moment où on le décide. Égoïstement et avec jubilation.

capture

En 40 ans, le nombre des célibataires en Belgique a plus que doublé. Le pays compte actuellement 1,5 million de personnes seules soit approximativement 1 Belge sur 7. Si vous êtes parmi eux, et si le livreur de pizza est votre nouveau meilleur ami ou si votre placard déborde de boîtes de conserve en tout genre ou, pire, si le repas soit est remplacé par un “petit quelque chose” grignoté au-dessus de l’évier, il est temps de réagir. Car, oui, il est possible (et facile) de cuisiner vite et bien, pour soi. Parce qu’on le vaut bien. Les avantages sont multiples, votre santé va mieux, vous êtes dans l’autoconsidération, votre portefeuille vous dit merci. Repas du soir, espoir! Pour ne pas avaler un paquet de chips ou une tartine en vitesse, il est nécessaire de remplir intelligemment son espace cuisine.

La mission: organiser ses placards, réfrigérateur et surgélateur pour avoir en permanence la base de bonnes petites recettes, qui ne dépassent jamais les 10 minutes de préparation, cuisson comprise. Faites une virée au rayon des légumes surgelés: courgettes découpées, oignons épluchés, aubergines préparées, épinards, etc. Soit vous les sortez le matin pour qu’ils soient prêts à être cuisinés au moment du repas, soit vous les décongelez au micro-ondes. L’avantage du surgelé: vous utilisez la quantité dont vous avez besoin et replacez le reste au froid. En outre, la congélation préserve les vitamines et les minéraux. Dans vos placards, conservez plusieurs sortes de riz, de pâtes et de céréales: riz pour risotto, riz long grain et complet précuit, spaghettis & co., semoule, boulgour, quinoa, blé, etc.; des sauces, poudres et condiments: sauce soya, sauce korma, vinaigre de riz, Tabasco, lait de coco, pâte de curry, bolognaise, pesto, tapenade, cubes de bouillon (légumes, viandes et poissons), fonds en poudre, Maïzena, panure, concentré de tomates; du poisson en conserve: thon, saumon, sardine, maquereau, etc.; des légumineuses: haricots rouges et noirs, cannellinis, lentilles, pois chiches, flageolets, etc. Rien qu’en mélangeant ces ingrédients interchangeables, vous vous ferez des bowls pleins de santé et de saveurs. Les courses de produits frais peuvent se faire au gré des envies, au supermarché, chez le boucher ou le poissonnier, et en magasin biologique.

Les beaux restes

La cuisine solo est, en fait, composée d’une série de trucs pour les préparations de tous les jours. Un hymne à l’organisation et à l’inspiration. Vos restes sont des amis de qualité. Si vous avez des restes de viande ou de volaille, mélangez-les à une tasse de riz cuit ou de pâtes cuites, ajoutez 1 tasse de tomates en conserve, saupoudrez de gruyère râpé et passez à four chaud durant 15 minutes. Ajoutez de la purée et du jus de viande, et vous aurez un hachis Parmentier du tonnerre. En cas de restes de poisson, mélangez-les à une base de riz ou de pâtes, accommodez-les de sauce Mornay (béchamel et gruyère râpé) et faites gratiner. Osez l’exotisme, avec un wok au curry, au gingembre, etc. Faites des boulettes ou des galettes plates (avec du poisson ou de la viande), mêlées d’un tiers de mie de pain mouillée de lait, ou de riz cuit, avec un oeuf pour lier et des aromates pour parfumer. Facile et efficace, vos restes de légumes crus ou cuits peuvent être très rapidement incorporés à une salade composée froide et assaisonnés, selon votre goût, de mayonnaise ou de vinaigrette. Ajoutez des lanières de jambon cuit ou fumé (des petits lardons cuits feront aussi l’affaire), des lamelles de poulet, du thon, des filets d’anchois, etc. Les restes de pommes de terre sont parfaits en salade, en omelette, en gratin, les possibilités sont infinies.

Boeuf au citron et au thym en salade

Pour 1 personne – Préparation: 3 min – Cuisson: 7 min
150 à 200 g de steak (épaisseur: 2 cm) ou une petite côte de boeuf I 1 branche de thym + le zeste et le jus d’1/2 citron I 1 petite gousse d’ail émincée I 2 c. à s. d’huile d’olive + 1 c. à c. pour le steak I quelques grains de gros sel I poivre du moulin I roquette et tomates cerises

Ici, on travaille la marinade post-cuisson. Cette technique culinaire utilise la chaleur de l’aliment pour augmenter l’infusion des saveurs et la rapidité d’exécution. Réalisez ce plat en 10 min, soit le tiers du temps à attendre pour une pizza à mobylette. Badigeonnez la viande d’huile (au pinceau). Dans une poêle gril bien chaude, faites revenir le steak 3 min sur une face puis 1 min sur l’autre face. Cela permet d’avoir un quadrillage bien net. Pendant que la viande cuit, mélangez les brins de thym, l’ail, le zeste et le jus de citron, le sel, le poivre et l’huile dans un petit plat. Quand la viande est cuite, placez-la dans le plat contenant la marinade 2 min sur chaque face. Coupez le steak en tranches moyennes et servez-le en salade, avec de la roquette assaisonnée d’huile, de citron ou de vinaigre balsamique, et quelques tomates cerises coupées en deux, dans un esprit tagliata.

Sur le même sujet
Plus d'actualité