10 tendances devenues mainstream en 10 ans

Running, vegan, hipster, porno de la ménagère, Instagram, mobilité douce... Focus sur les vagues et les vogues qui ont modifié nos comportements au cours de la dernière décennie.

ev-c7h_31lz16y-unsplash

Running

Ils étaient deux millions de Belges en 2016 à avaler les kilomètres. Ils courent pour améliorer leur condition physique, évacuer le stress et se lancer des défis. L’expérience est sociale, via des communautés (Je cours pour ma forme) ou des apps qui partagent les performances sur Facebook (Runtastic, Runkeeper). En 2010, ils étaient 30.000 au départ des 20 km de Bruxelles. En 2019, 40.000. Même le roi s’y est mis. Les adeptes se mettent au trail (course dans la nature avec dénivelé) ou se font couvrir de pigments dans les Color Run. Sire, si ça vous tente…

Vegan

En 2018, 44 % des Belges avaient diminué leur consommation de viande (selon une étude iVOX de l’ASBL EVA). 7 % se disaient végétariens et 1 % des Wallons, vegan (4 % des Bruxellois). Le vegan refuse tout apport animal, en nourriture mais aussi dans sa vie courante. Ni miel, ni gélatine, ni cuir, ni laine. Les vegans ont fait des émules hors du cercle des bobos, les diététiciens les accompagnent et les marques leur font les yeux doux, en leur proposant des alternatives à la viande ou à la peau. D’autres comportements alimentaires se sont démocratisés: on trouve enfin des pâtes sans gluten mangeables et des fromages sans lactose.

École de l’expérience

La pédagogie est “vivante”, “naturelle” et basée sur les compétences. L’élève expérimente ses sens, se confronte à des défis, remporte des contrats et gère sa personnalité en classe. La pédagogie active, si possible avec immersion, règne sur les projets des nouveaux établissements que la Fédération – et des parents – ouvrent dans l’urgence – sans parvenir à régler les inégalités entre écoles et les couacs annuels du décret inscription.

Réseaux

Les influenceurs ont pris le pouvoir sur l’air du temps. Karl Lagerfeld les avait adoubés et rejoints sur Instagram. Descendants des blogueurs, les YouTubeurs/euses et Instagrammeurs/euses, stars de tous les réseaux, font la pluie et le beau temps des tendances, des jeux vidéo à l’humour en passant par la mode, la culture ou le lifestyle. Leurs coups de cœur, leurs marques, de Supreme à Sézane, s’arrachent.

Développement personnel

“Lâchez prise”, “soyez bienveillant”, “sortez de votre zone de confort”, “cessez d’être gentil, soyez vrai”, “posez vos limites”, “ancrez-vous dans le présent”, “méditez”… Autant de formules magiques qu’ont lancées des régiments de coachs à des armées de gens patraques. L’heure est au développement personnel, quête de sens et sans doute réaction à la crise de 2008. On se fait aider en marchant, en câlinant des arbres, en bougeant les yeux (EMDR), en visualisant ses réussites en stage d’autohypnose, en tournant sur un orteil sur son tapis de yoga Vinyasa. Ou, à domicile, en plongeant ses doigts dans la terre du jardin pour faire pousser son potager en permaculture, en coloriant des mandalas, en écoutant l’app Petit BamBou et en lisant un livre feel good signé Aurélie Valognes, Virginie Grimaldi ou Raphaëlle Giordano dont les volumes s’écoulent à plus de 600.000 exemplaires en France.

Mobilité douce

Les premiers Villos bruxellois datent de mai 2009. Aujourd’hui, arrivent les eVillo électriques. Entre-temps, l’hoverboard, l’eBike, le segway et la fuck…ng trottinette électrique sillonnent rues (et trottoirs). La mobilité douce parle à la planète. Et les voitures électriques et hybrides embraient, Tesla en tête.

>> Lire aussi : Les 500.653 alternatives à la voiture personnelle à Bruxelles

Food

Dix ans de photos de repas postées sur les réseaux sociaux. Dix ans d’émissions culinaires et de vocabulaire toujours plus spécialisé – qui savait ce qu’était une mandoline? Top chef, Le meilleur pâtissier et autres grands-messes gastronomiques ont mis la bouffe au centre de la table. Les chefs organisent leurs cours de cuisine. On embarque dans le Tram Experience ou sur une grue pour Dinner In The Sky. Le burger est gastronomique. Le churros s’est généralisé dans les foires. Le sushi est le nouveau kebab. On a découvert le kimchi et le matcha. On a creusé ses caries à coup de macarons, d’éclairs, de merveilleux, de cupcakes, de pâte à sucre et de donuts. On a abandonné le mojito pour le gin. On déboise des forêts au Mexique pour répondre à la demande mondiale d’avocats. On les prend en bio et on les mettra au compost.

Momy porn

Une fanfiction écrite en partie sur un Blackberry, publiée librement sur un site, on n’aurait pas parié un billet d’Euromillions sur son succès. Pourtant, le 3 avril 2012, E.L. James sort Fifty Shades Of Grey. Remake érotique de Cendrillon, décliné en trois tomes et écoulé à plus de 125 millions d’exemplaires dans le monde, 50  nuances de Grey lance le “momy porn” – le porno de la ménagère. Adaptée au cinéma, l’œuvre dominera le box-office. Suite au phénomène, les masques vénitiens et les sextoys entrent dans les mœurs. Ça tombe bien, le clitoris délivre ses secrets et le plaisir féminin est sur toutes les lèvres.

Scandimania

L’exemple vient d’en haut de la carte. Qui truste les premières places du classement du bonheur, de la liste des pays bons élèves pour l’environnement ou des enquêtes Pisa? Les Scandinaves. Même s’ils servent de cadre aux polars glacés, Suède, Danemark et Norvège ont exporté leur art de vivre et leur esthétique. Hygge danois ou lagom suédois ont incité de nombreux adeptes à déconnecter, profiter de l’instant présent, allumer des bougies, cultiver des amitiés vraies, se remettre au tricot ou à la couture et chiller devant des feux de bois. Repli sur soi pour les uns, retour à l’essentiel pour les autres…

Hipster

Qui dit hipster dit poils, barbe et soins pour la barbe – crèmes, tondeuses, huiles… Plus les hommes se sont épilés ailleurs, plus ils ont laissé tout pousser sur le visage. C’est ainsi qu’on a vu fleurir les barbiers et qu’on trouve des onguents au supermarché.

© Caleb Lucas - Unsplash

Sur le même sujet
Plus d'actualité