Nos conseils pour des tisanes saines et gourmandes

Un dimanche frileux, une semaine pluvieuse... Suivez les conseils de Candice Kother pour remettre la tisane au goût du jour. Et pas seulement sur votre table de nuit.

sabri-tuzcu-ovlfxzeaoqq-unsplash

Les tisanes ont des vertus bien connues: sommeil, digestion, maux féminins, minceur, insuffisance veineuse, antistress, tonus, orl, etc. Elles sont multiples et font partie d’un univers aussi large que précis, ce qui rend parfois difficile le choix du petit paquet miracle. Elles requinquent, apaisent, soulagent, réchauffent, drainent; les tisanes font tout bonnement partie des plus vieilles médecines du monde. Mais comment expliquer leur efficacité? Comme tout organisme vivant, les plantes ont besoin de se défendre contre les maladies. Elles le font grâce à des molécules spécifiques qui offrent aussi des principes actifs utilisables pour la santé humaine. Chaque plante est aussi une véritable usine, dont les constituants varient selon la partie de la plante – racines, tiges, fleurs – multipliant leur efficacité et leurs possibilités.

Selon vos besoins, la cure idéale est de 3 tasses par jour pendant 21 jours, afin de soulager un mal chronique. Utilisez 1 cuiller à soupe de plantes sèches par tasse. Dans la lignée, les teintures mères ou les gélules d’extraits sont également redoutables d’efficacité. Le bémol: elles sont fortement dosées, rendant davantage vulnérables aux éventuels effets néfastes de la plante. La tisane a, elle, pour avantage de présenter peu de risques et de contre-indications pour un réel bienfait qui se révèle généralement suffisant. Si vous êtes fragile, enceinte ou que la tisane est destinée à de jeunes enfants, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

Au sein du chapitre tisane, il est nécessaire de faire la différence entre l’infusion, bien connue de tous, et la décoction. L’infusion concerne les parties les plus tendres de la plante (fleurs et feuilles) et se prépare comme le thé en versant de l’eau frémissante sur le végétal; tandis que la décoction s’adresse aux parties plus coriaces (tiges, écorces, baies, etc.) qui doivent être placées dès le départ dans de l’eau froide, que l’on met ensuite à bouillir, afin de les attendrir. Si vous préparez une infusion, versez de l’eau frémissante sur les fleurs ou les feuilles, laissez infuser 5 minutes à couvert, filtrez et buvez. Si vous préférez une décoction, placez les racines, tiges, baies ou écorces dans de l’eau froide, faites bouillir de 5 à 15 minutes, laissez refroidir avec la plante dans l’eau, filtrez et buvez.

Photo by Marco Secchi on Unsplash

La tisane, ce couteau suisse

Aux maux banals, remèdes universels. La tisane de reine-des-prés est drainante, le thym est antiseptique et la lavande calmante. Découvrons de plus méconnues et très gourmandes tisanes. La tisane de cannelle est un must minceur. Les huiles et poudres de cannelle ont été utilisées des siècles durant en médecine traditionnelle et moderne. C’est un coupe-faim naturel en plus d’être bénéfique pour les troubles gastriques. La cannelle apaise l’appareil digestif, mais a aussi des propriétés antivirales et antibactériennes, vous aidant ainsi à lutter contre les problèmes d’estomac et à améliorer le système immunitaire. Car c’est désormais bien connu, “tout vient du ventre”. Le plus gros avantage de la tisane de cannelle est qu’elle réduit la glycémie, soit le pic de sucre dans le sang, qui entraîne prise de poids, stockage des graisses et fringales.

Les polyphénols contenus dans la cannelle sont bénéfiques pour les personnes atteintes d’un diabète de type 2. Autre tisane minceur à découvrir, celle de mûrier blanc. Elle est d’ailleurs utilisée en médecine traditionnelle chinoise pour soulager l’anxiété, la fatigue chronique et les insomnies. Les feuilles de mûrier japonais possèdent des vertus très étonnantes pour mincir: elles contiennent une substance qui réduit la transformation des sucres en glucose, diminuant ainsi la glycémie. L’entrée des sucres étant ralentie, l’organisme utilise ses réserves de graisses pour produire de l’énergie. La graisse est donc brûlée. CQFD. En complément, l’ortie alcalinise l’organisme, aide à régulariser le taux de sucre dans le sang, redonne de la vitalité et aide le corps à se détoxifier en douceur. La tisane est connue pour ses vertus tonifiantes, elle est le petit coup de boost qui fait du bien en cette saison. Si c’est cet effet dopant que vous recherchez, les infusions de feuilles de citronnier ou de gingembre sont pour vous.

Cultiver ses plantes médicinales

Vous êtes une femme? Deux tisanes sont à garder précieusement au fond de votre tasse. L’infusion de framboisier, connue comme “la plante des femmes”. Ses feuilles, riches en minéraux et vitamines, en font un excellent tonique qui fortifie tout le système reproducteur féminin. Tout indiqué pour stimuler la fertilité et, dès le deuxième trimestre de grossesse, pour se préparer à l’accouchement. Optez également pour la tisane de gattilier. Cette tisane d’“arbre au poivre” ou “poivre des moines” provient d’un arbuste buissonnant mellifère, vigoureux et rustique, dont la baie possède des vertus médicinales connues depuis plus de 2.000 ans. Dioscoride, illustre médecin de la Grèce antique, mentionne qu’on faisait, avec les graines présentes dans la baie, une boisson destinée à calmer la libido.

On dit qu’au Moyen Âge, les moines du sud de l’Europe consommaient les baies afin de pouvoir mieux supporter les affres du célibat. La plante traite tout autant l’infertilité que les troubles de la ménopause. Une baie de jouvence. Vous avez décidé de vous faire, au jardin ou sur le balcon, un petit potager avec vos plantes à infuser? Bonne idée. Gardez cependant quelques astuces à l’esprit. Après la récolte, ne rincez pas les plantes, seulement les racines si elles présentent de la poussière ou de la terre. Faites sécher immédiatement après la cueillette, à l’ombre et dans un endroit aéré. Étalez fleurs et feuilles de manière espacée sur un tissu propre ou de l’essuie-tout (pas de journal à cause de la toxicité de l’encre). Faites-les éventuellement sécher tête en bas, en bouquet, sur une moustiquaire.

Si vous souhaitez gagner du temps, un séchage au four est possible même s’il abîme une partie des bienfaits. Pour limiter ce désagrément, optez pour un séchage à 50 °C, au déshydrateur ou sur un radiateur. Une fois sèches, les plantes se gardent dans un endroit sec et dans un récipient qui protège de la lumière. L’idéal est un simple sac en papier ou une poche en tissu qui permettent à l’humidité de s’évaporer. Fermez avec deux agrafes et conservez-les maximum 12 mois. Vous n’avez pas la main verte? Rien ne vous empêche de ramasser vos plantes dans la nature, par temps sec, en matinée ou début de soirée. Privilégiez les zones hors pollution et coupez proprement au sécateur. Ensachez séparément les espèces et ramenez-les chez vous dans des cartons. Évitez le plastique qui génère une fermentation. À moins d’acheter vos plantes dans des magasins spécialisés?

Les pharmacies ont le monopole de la vente des 585 plantes inscrites à la pharmacopée. Et depuis 2008, 148 plantes médicinales peuvent être vendues hors officines, soit en herboristeries, magasins biologiques, boutiques diététiques, etc. Attention à la qualité, même sèches, elles doivent garder leur teinte d’origine, signe d’un séchage et d’un stockage idéal. Achetez bio, sans pesticides, sans additifs, sans conservateurs. On regarde l’étiquette qui doit être précise – origine de la plante, variété botanique et limite d’utilisation. Flânez aussi dans les magnifiques herboristeries de chez nous: l’Herboristerie du Valmont à Wavre, Les Jardins de la Grange à Ellezelles, Sentilèges à Tournai, L’Herboristerie moderne ou l’Herboristerie de Louise à Bruxelles, etc.

Contre le burn-out

Stress post-rentrée de septembre, sommeil perturbé par le changement de luminosité ou d’heure, troubles ORL… L’hiver n’est pas la période la plus harmonieuse pour l’organisme. Votre premier réflexe? Le houblon. Déposez cette bière, il est ici question de la plante, une liane dont les femelles produisent des chatons, les futurs cônes, utilisés en tisane. Il vous faut 5 à 6 cônes par tasse, à laisser infuser 10 minutes. Traditionnellement, on réalisait des oreillers de houblon et de fleurs de lavande, pour permettre aux jeunes enfants de mieux dormir. Le houblon est la plante antistress par excellence, elle favorise la détente, la sérénité et contrôle la tension artérielle et nerveuse. C’est un puissant régulateur d’humeur. La marjolaine est également un solide antistress.

C’est un tranquillisant, très indiqué pour les personnes dépressives, insomniaques ou sujettes aux migraines. Dans le même ordre d’idées, la mélisse, cette belle plante aromatique, est réputée pour son action sur le système nerveux. Elle est tout indiquée pour l’épuisement, le burn-out, la mélancolie ou les sautes d’humeur. Ses actions antivirale, carminative et digestive font d’elle une bonne compagne pour les problèmes digestifs liés au stress. Pour les grippes et tout ce qui cloue au lit, le thym, la sauge, l’eucalyptus, le pin ou même le coquelicot, expectorant, ou la mauve, adoucissante, ont fait leurs preuves. Plus forte qu’eux tous réunis, la tisane de fleurs de bouillon-blanc vaut presque un médicament chimique. L’Agence européenne du médicament reconnaît d’ailleurs son utilité sur le plan ORL pour soulager les maux de gorge associés à la toux sèche et au rhume. Des études menées récemment montreraient aussi sa propension à inhiber la propagation du virus grippal.

C’est une plante antiseptique qui lutte contre l’inflammation des muqueuses. Les céréales en tisane? Cela regorge de bienfaits! Pour des tisanes on ne peut plus gourmandes et salvatrices, pensez à l’orge, le maïs, l’avoine et le sarrasin. Riche en protéines et en fibres, l’orge est aussi plus facile à digérer que le blé. Dans les pays asiatiques, comme le Japon et la Corée, on consomme une boisson faite à base de feuilles de thé et de grains d’orge. Cette céréale comporte de nombreux antioxydants et de la vitamine E, inhibant la prolifération de cellules cancéreuses et de nombreux nutriments. En tisane, elle est utilisée pour soulager la toux. Achetez de la tisane prête à l’emploi, appelée mugicha, ou achetez la graine, grillez-la à sec dans une poêle avant de verser de l’eau frémissante pardessus. Laissez infuser 5 à 10 minutes. Cette méthode de préparation vaut pour toutes les céréales.

Quant au sarrasin torréfié, ou kasha, appelé également le sobacha au japon (car “ soba ” signifie sarrasin et “ cha ”, thé), c’est une boisson entre le thé grillé et le café, sans caféine et sans gluten, aux arômes de pain grillé. Cette infusion de sarrasin grillé est à tester pour ses vertus détoxifiantes, à l’instar du maïs. Des préparations pour sobacha se vendent en magasins bio, même si, encore une fois, on peut aisément les réaliser maison. Last but not least, la tisane d’avoine est tirée des parties supérieures de la céréale, cueillies peu avant la pleine floraison et rapidement séchées. Elle est idéale pour calmer les enfants ou adultes hyperactifs. C’est une plante régénérative et reminéralisante, essentielle après une période de stress intense, une opération, un sevrage, etc

Sur le même sujet
Plus d'actualité