Prolongation du nucléaire : à quand de la clarté ?

La prolongation des centrales nucléaires belges est entourée d’incertitudes. Flou et compliqué, ça fait beaucoup pour un tel enjeu.

nucléaire
© BelgaImage

Depuis quelques années, l’expérience acquise par l’équipe de l’émission QR permet de définir un peu à l’avance les thèmes qui fonctionneront ou pas. Ça ne détermine pas nos choix mais nous y sommes attentifs. Dans la liste des sujets qui ne captivent clairement pas le téléspectateur, il y a celui du nucléaire. Tout le monde a un avis mais la technicité des discours n’aide pas vraiment à la clarté des débats. La décision de prolonger deux réacteurs en Belgique nous imposait néanmoins d’organiser une émission sur le sujet. Je dois bien confesser que l’audience a été très en dessous de la moyenne. Quelle sera notre source d’énergie dans plusieurs années ? C’est un enjeu sans doute trop lointain pour passionner les foules. Vous ajoutez à cela le flou le plus complet sur les montants qui seront à payer par l’État, l’impact sur nos factures et l’incertitude sur les autres centrales. Ça fait donc trop de zones obscures pour des réponses concrètes. Cerise sur le gâteau, le nouveau refus d’Engie de participer à un débat contradictoire ne fait qu’entretenir la méfiance des citoyens.

Nous sommes quand même sortis de ce direct avec quelques promesses. Seront-elles tenues ? Je suis incapable de le dire. On nous assure que l’État va retirer des bénéfices futurs qui permettront de faire baisser les factures. Croisons les doigts. Il faut les croiser aussi pour que nos autorités se décident enfin à voir notre avenir énergétique à long terme. Sur un tel sujet, 10 ans, c’est une perspective ultra courte. Définir cet avenir-là, c’est décider une fois pour toute si nous gardons, et pour toujours, une place pour le nucléaire chez nous. Quelle est l’importance de cette place ? Quand mettons-nous autour d’une table les acteurs qui vont mettre cette stratégie en route ? Voilà des questions simples auxquelles il faut des réponses maintenant. On ne pourra pas se permettre de négocier tous les 10 ans un accord aux contours aussi flous que celui qui vient d’être conclu. Il y a aujourd’hui trop d’ombre sur notre lumière.

Retrouvez Sacha Daout dans QR le débat chaque mercredi à 21h50 sur La Une

Sur le même sujet
Plus d'actualité