Crise de l'énergie : 2023, sors-nous de là!

Les années se suivent. Les crises aussi. Celle des prix de l’énergie s’annonce longue. Sans issue ?

facture énergie
© Adobe Stock

La dernière émission de l’année est souvent consacrée à ce qui nous attend les douze mois qui suivent. Sans surprise, c’est le pouvoir d’achat qui était le plus souvent évoqué dans les messages des internautes. Le Covid est loin des préoccupations. La guerre en Ukraine ne recueille plus que des regards furtifs et polis. Le Belge veut maintenant savoir à quelle sauce budgétaire il va être mangé. Les solutions et les exemples doivent venir d’en haut. Et là, on sent un frémissement. Le monde politique wallon semble avoir compris que pour convaincre de sa bonne foi, il doit se serrer la ceinture et mettre fin à des dépenses devenues inacceptables vu le contexte. Cette promesse, récurrente, de plus de transparence et de meilleure gestion ne peut pas être qu’une simple lettre d’intention. Sans sombrer dans un populisme débile, une réduction des salaires et des dépenses de nos élus doit être clairement mise sur la table. On nous dit que ce sera fait. Si c’est mensonge, ce sera un désastre. La population attend des gestes forts, elle ne supportera plus une xième promesse non-tenue.

Notre pays est à un tournant. Trop longtemps des mesures «à la sauvette» ont été prises parce qu’on n’a pas écouté les signaux d’alerte comme ceux qui annonçaient une crise des prix de l’énergie. On a sorti le portefeuille et dépensé, un peu à l’aveugle, pour sauver ce qui pouvait l’être. Mais est-ce qu’on a vraiment sauvé quelque chose ? Si les prix du gaz repartent à la hausse, comment pourra-t-on absorber le choc ? Quid de ces fameuses mesures structurelles qui doivent justement permettre de «voir venir» ? On peut évidemment craindre que les différents exécutifs de ce pays ne parviennent pas à des accords profitables à toutes et à tous. Il y a des concurrences qui empêchent trop une société d’avancer fièrement et sereinement. Fait-il perdre tout espoir ? Certainement pas. Mais face à cette crise des prix, il n’y a qu’un appel à lancer : «2023, sors-nous de là».

Retrouvez Sacha Daout dans QR le débat chaque mercredi à 21h50 sur La Une

Sur le même sujet
Plus d'actualité