Noël : le sens de la fête en temps de crise

Comment les fêtes de fin d'année ont-elles évolué à l'heure de la crise et des familles recomposées ? C'est notre dossier spécial de la semaine, avec des conseils pour votre repas de Noël, notre guide de bulles et une sélection cadeaux.

une famille réunie pour les fêtes
© Adobe Stock

Avec ce numéro des fêtes, nous déclarons officiellement ouverte la saison du vin chaud, des téléfilms pousse-au-plaid, du shopping last minute, des blagues sur Mariah Carey et du tirage de gueule. Si beaucoup se réjouissent d’entrer en période “rocher ­Ferrero”, d’autres font savoir au monde entier que tout cela ne les concerne pas et se présentent à la table des réjouissances sous le masque de Jean-Pierre Bacri (leur dieu) dans ses moments les plus râleurs. Dans une société où tout bouge et se déconstruit, dans un environnement qui interroge les traditions et les représentations, Noël reste une balise dont le rituel continue de résonner en ­cercles concentriques parmi les croyants et les non-croyants - les fidèles, les Bob et les guindailleurs. La fête évolue en fonction des nouveaux visages que prend la famille, mais également au gré des prises de conscience sur l’environnement, patraque suite à nos années de ­surconsommation. Bien sûr, les fêtes de fin d’année s’inscrivent en un pic ascendant dans le tableau des dépenses. Mais elles sont aussi, plus simplement, l’occasion de reprendre son souffle car tout le monde, à cette période de l’année, est fatigué. Bientôt un an de guerre en Ukraine, des factures d’énergie qu’on redoute comme un uppercut, des fins de mois de serrées à très serrées - tout cela ne devrait pas donner envie de célébrer. Et pourtant…

Retrouvez notre dossier de la semaine Enfin, les fêtes !

moustique cover

Sur le même sujet
Plus d'actualité