Aucun signe de protestation contre le Qatar : les Diables rouges ont été mous à tous points de vue

Les Diables rouges ont déçu. Leur niveau de jeu et leur indifférence face aux problèmes des droits de l’homme interpellent.

diables rouges au qatar à la coupe du monde
Un défi avait été lancé à Vertonghen et Hazard : s’embrasser. © BelgaImage

Premier rendez-vous manqué pour les Diables rouges au Qatar. Manqué parce que la victoire face au Canada est un solide hold-up. Mais, sincèrement, ce n’est pas le plus grave. Nos joueurs, ceux qui portent les couleurs nationales, sont restés d’un mutisme volontaire et coupable face à la problématique des droits de l’homme. Une certaine forme de lâcheté face à la menace crapuleuse émise par la FIFA en cas de port d’un simple brassard prônant l’amour. J’ai été sidéré de lire les propos de Jan Verthongen qui refusait de s’exprimer sur cette question par peur de ne pas pouvoir jouer face au Canada. Où va-t-on ? Il s’agit, ni plus ni moins, d’une atteinte gravissime à la liberté d’expression. Ce sont des méthodes ignobles utilisées par la FIFA qui sautent aujourd’hui à la face du monde. Et cela, ça laisse manifestement, nos Diables, et beaucoup d’autres, totalement indifférents.

Le port de ce brassard aurait été un geste plein de panache. Mais j’accorde à notre équipe nationale qu’il serait imprudent de risquer une suspension. Mais il était possible d’agir. A l’heure d’écrire ces lignes, seule l’Allemagne et l’Angleterre ont osé défier la FIFA par des gestes symboliques forts en début de rencontre. Même les footballeurs iraniens ont refusé de chanter leur hymne par opposition aux violentes répressions envers les opposants au régime de leur pays. Les Iraniens ne risquaient pas un carton jaune. Ils risquent la prison à leur retour. Leur courage, en comparaison au silence d’autres équipes, doit être cité en exemple. Les Diables rouges ont été mous à tous points de vue. Un footballeur professionnel ne peut pas fermer les yeux sur le monde qui l’entoure. Le rire grotesque de Mbappé à propos des jets privés en était déjà la désolante démonstration. L’éclaircie sera donc venue des tribunes. La Ministre des Affaires étrangères a porté ce fameux brassard sous le nez du patron de la FIFA. Pour le premier match des Belges, la seule de nos personnalités qui avait de la vista, c’était Hadja.

Retrouvez Sacha Daout dans QR le débat chaque mercredi à 21h50 sur La Une

Sur le même sujet
Plus d'actualité