Facture d’énergie : Engie, si tu me lis, quel bordel scandaleux !

J’ai joué le jeu. J’ai introduit mes index d’électricité. Petit récit d’un voyage au pays de l’obscur.

facture énergie et électricité chez engie
© BelgaImage

Cette fois, ça y est, je me suis risqué à introduire les relevés de mon compteur d’électricité. Engie, si tu me lis : quel bordel scandaleux ! Ça a commencé en octobre. Le bonheur ! Une forte baisse de ma consommation électrique m’indiquait que je pouvais diminuer mes acomptes de plus de la moitié. J’ai un contrat fixe jusqu’en février, et je me suis dit que, finalement, j’avais bien géré les consignes m’incitant à faire vraiment attention. Quelques mois plus tôt, j’avais dégivré mon congélateur, débranché ma petite cave à vin et installé des multi-prises avec interrupteur un peu partout dans la maison. Résultat : sur ces fameux relevés : bingo ! Consommation en baisse et donc acomptes en baisse. Finalement tout est logique. Je n’ai pas baissé mes versements comme cela m’était conseillé par un message automatique. Je me méfie toujours un peu de ce genre de truc. Soit. C’était évidemment trop beau. Alerté par quelques amis qui n’en revenaient pas, j’ai recommencé l’expérience début novembre. Résultat in-com-pré-hen-sible ! On m’a conseillé, malgré toujours une nette baisse de consommation, de doubler mes acomptes actuels ! Un montant 4 fois supérieur à ce qu’on disait un mois plus tôt.

J’ai tenté, une matinée entière, de contacter le fameux service client d’Engie. Des heures perdues pour ne recevoir aucune réponse d’une voix humaine. Attention, la politesse était de mise ! Le répondeur m’a bien expliqué qu’on était vraiment désolé de ne pas pouvoir me répondre, qu’il y avait un monde fou en attente. Bref, standard téléphonique saturé. En plus de ne pas répondre aux interviews et de ne pas venir dans les débats, voilà qu’Engie ne répond pas non plus aux clients. Il me semble qu’un petit " renfort caisse " pour remettre un peu d’humanité au bout du fil ce ne serait pas du luxe. Bref, et je ne suis certainement pas à plaindre, je ne pige toujours pas ce qui se passe sur ma facture et sur mes acomptes. La complexité et le silence ne devraient pas être de mise en période de crise.

Retrouvez Sacha Daout dans QR le débat chaque mercredi à 21h50 sur La Une

Sur le même sujet
Plus d'actualité