Crise de l’énergie : des politiques trop occupés à s’engueuler pour prendre des décisions

Six présidents de partis ont débattu ce mercredi soir dans un climat de tension très, trop, perceptible.

Magnette et Bouchez
© BelgaImage

C’était la troisième fois que j’animais un débat réunissant les six présidents des partis francophones. L’événement est rare mais la gravité de la situation méritait bien qu’on l’organise. Je dois bien vous avouer que ce sont des émissions plus compliquées que d’autres. C’est généralement très tendu et le débat n’a pas fait exception à la règle. Avant le direct, il y a eu quelques poignées de mains polies, certaines sincères, d’autres moins. Pendant la publicité qui a précédé le générique, les présidents ont échangé peu de mots. Mon job, à ce moment-là, c’est détendre l’atmosphère. Je parle de la qualification de Bruges, je plaisante avec le public… Mais rien n’y fait. Je comprends vite qu’une grosse foire d’empoigne se prépare. Je sens que certains vont d’abord casser les idées des autres avant de défendre les leurs.

Ce fut moins pire que ce à quoi je m’attendais même s’il y a eu trois moments de crispation. Les chiffres des surprofits, l’indexation et la lutte contre le chômage ont été évoqués, hélas, dans une solide cacophonie. Dans ces cas-là, l’animateur du débat s’en veut, de ne pas réussir à garder les discussions sur les rails du calme. Mais je me suis dit aussi que les citoyens devaient finalement regretter que certaines inimitiés bloquent des avancées politiques indispensables. Pendant qu’on s’engueule dans la majorité, on ne prend pas ou peu de décisions. Et dans ces cas-là, on dit que c’est à l’Europe de jouer. Un peu facile. Il y a aussi la difficulté d’obtenir des réponses claires à des questions claires. Sur ce point-là, les commentaires des internautes étaient très sévères. C’est malheureusement un grand classique. On contourne trop les questions. J’ai eu la sensation bizarre de demander l’heure à des invités qui m’ont répondu en me donnant la température qu’il fait dehors.

Sur le même sujet
Plus d'actualité