Les secrets de famille: le poids du silence

De nombreuses familles cachent des secrets, parfois banals, parfois surprenants, récents ou vieux de plusieurs générations. C'est notre dossier de la semaine.

des photos de famille
© Adobe Stock

Elle pensait avoir été adoptée. On ne doit pas savoir qu’elle se prostitue. Il fallait cacher un petit trésor illégal. Impossible aujourd’hui encore de parler de ce féminicide ancien… Ce sont quelques histoires exceptionnelles dans une règle générale de silence. Sous le regard extérieur ou face aux jugements des enfants, les blessures et les hontes ne se partagent toujours pas, même quand elles touchent à de banales infidélités, le plus partagé des tabous familiaux. Ces silences sont toujours douloureux. Ils perturbent ceux qui en ont fait le vœu et vivent coincés entre deux réalités. Ils sont aussi perçus par leur entourage, mais parce qu’ils ne peuvent être décodés, ils diffusent de l’insécurité, de la culpabilité et des troubles de l’attachement. Les spécialistes parlent du “ruissellement” des secrets et d’une toxicité qui, par “ricochets”, peut empoisonner trois générations. Il valait mieux vous le raconter.

Retrouvez notre dossier de la semaine Secrets de famille

P.-S.: Pas de secrets entre nous. Nous avouons publiquement notre faute. Sur notre dernière couverture (mais pas dans notre dossier), nous avons improprement utilisé le mot “asexués” quand il aurait fallu écrire “asexuels” pour évoquer les personnes qui “n’ont pas envie d’avoir des relations sexuelles de type reproductif ni de loisir”. Désolé de cette incorrection et merci à la lectrice qui nous l’a signalée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité