Comment l’amour et la sexualité se redéfinissent

À l'heure où les genres et les pratiques s’affichent toujours plus fluides, la sexualité se renouvelle. C'est notre dossier de la semaine.

sexualité
© Getty Images

L’époque n’a jamais été aussi attachée à reconnaître l’identité de chacun. LGBTQIA+, les lois, la société et la langue entendent les respecter et les protéger. Les applications de rencontre ou l’accès à la pornographie donnent le sentiment d’une large extension de pratiques décomplexées. Ce qui n’empêche pas le consentement explicite d’être devenu l’incontournable préliminaire d’une relation sexuelle. Au même moment, l’amour se redéfinit. Des liaisons stables et profondes se tentent à plusieurs alors que certains pays envisagent d’instituer des “mariages à durée déterminée”. D’autres, en couple ou non, qui ne trouvent aucun attrait au sexe ne veulent plus être considérés comme “anormaux”. Les normes d’ailleurs, la jeune génération s’en défait. Depuis #MeToo, “déconstruire” les carcans culturels du sexe est un programme prioritaire.

Pourtant, malgré toutes ces libérations, ou peut-être à cause d’elles, les sexologues, quatre fois plus nombreux qu’il y a 15 ans, n’ont jamais eu autant de patients. Les transgenres ou asexués cristallisent la bienveillance ambiante, mais connaissent des taux de suicide bien trop élevés. Tout est possible, tout est permis, rien n’est acquis, particulièrement dans le secret des familles. Cette thématique aussi, il faudra l’aborder pour différencier la vérité au quotidien des discours médiatiques.

Retrouvez notre dossier de la semaine Une nouvelle sexualité

Sur le même sujet
Plus d'actualité