Après l’été 1976, les vagues de chaleur n’ont plus rien d’anecdotique

Une nouvelle vague de chaleur s'installe en Belgique. Ce qui n'est pas sans conséquence sur notre corps. Quels conseils pour résister à cette canicule et, à plus long terme, pour adapter votre logement? C'est notre dossier de la semaine.

vague de chaleur

Ceux qui l’ont vécu s’en souviennent… Durant l’été 1976 – été “légendaire” selon le site de Météo Belgique -, on entendait partout Jeanette qui chantait Porque te vas, un petit goût d’Espagne pour ceux qui ne partaient pas en Espagne et la voix d’une jeune fille qui alimentait tous les fantasmes en attendant le vrai, le beau, le grand amour de vacances. L’été 1976 était si chaud qu’on n’hésitait pas à déménager son oreiller pour dormir à même le sol sur le carrelage bien frais de la cuisine. La canicule était si forte (du 22 juin au 8 juillet, les jours se sont succédé à plus de 30°) qu’il était interdit d’arroser les jardins – même si, la nuit, on entendait, au loin, certains voisins qui gâtaient leurs légumes. Il faisait chaud, on s’en plaignait – pour dire de s’en plaindre, mais dans le fond, la vague de chaleur est passée, laissant derrière elle quelques souvenirs d’une Belgique vaguement exténuée par cette hausse des températures qui relevait de l’inattendu. Quarante-six ans plus tard, les épisodes de forte chaleur n’ont plus rien d’anecdotique ou de folklorique, même si certains tentent toujours le coup du lit improvisé à la fraîche (cave, terrasse, sous-sol). En 1976, nous en étions encore à croire que l’emballement du thermomètre, c’était sympa et assez approprié à la saison. En 2022, nous abordons l’été avec l’idée de pouvoir y résister…

Retrouvez notre dossier de la semaine Résister à la chaleur

Sur le même sujet
Plus d'actualité