Allergies: le grand dérèglement

Trois Belges sur dix sont concernés par les allergies. Traitements, causes et calendrier... C'est notre dossier de la semaine.

allergie au pollen
© Adobe Stock

Les pics d’allergènes sont plus nombreux, plus longs, plus forts et les symptômes plus graves que jamais. On parle certes de nez irrité, mais aussi d’asthme et de détresse respiratoire. Trois Belges sur dix sont déjà ­concernés. Dans trente ans, ce sera la moitié de la population. Et comme toujours, notre époque a traduit cette “pandémie” en congés de maladie et en pertes écono­miques. On oublie de préciser en chemin que cet affolement de nos immunités est intimement lié aux fonctionnements de notre société, à son hygiénisme excessif qui dénature les systèmes immunitaires, à la pollution, automobile en ­particulier, au réchauffement climatique (plus de pollens, de nouvelles espèces aux floraisons décalées).

S’exiler de la ville à la campagne, ou inversement, n’apportera donc guère de soulagement. Or, éviter le contact avec les allergènes qui vous torturent (“l’éviction” en termes médicaux) reste la meilleure thérapie et la base de tous les conseils à suivre. C’est qu’on ne guérit pas d’une allergie, on peut juste maîtriser ses symptômes handicapants. Mais vous découvrirez dans notre dossier que les traitements sont longs et incompréhensiblement mal remboursés. Il faut donc apprendre à identifier ses intolérances et à les apprivoiser. En cas d’allergie ­alimentaire, une autre tendance lourde, c’est même une question de vie ou de mort.

Retrouvez notre dossier de la semaine Lutter contre les allergies

Sur le même sujet
Plus d'actualité