Covid: des vacances sans faire de vagues?

On tient une bonne nouvelle. Elle vient d’Espagne, mais vaut aussi pour la Belgique.

plage en Espagne sans masque
© Adobe Stock

Dans ce deuxième lieu de vacances préféré des Belges, protégé par un taux de ­vaccination de 85 %, le Covid est désormais considéré comme une maladie ordinaire. On porte encore le masque à certains endroits (l’école) et en certaines circon­stances (lieux fermés très fréquentés). Contaminé, on s’arrête de ­travailler, on se soigne, mais l’État ne monitore plus de près les oscillations de l’épidémie. D’ailleurs pour le peu d’usage qu’on en fait désormais… Chez nous, par exemple, les chiffres récents continuent à monter (+ 17 %) et les hospitalisations quotidiennes (192) dépassent largement le seuil (150) qui aurait dû nous replonger en code orange. Avec elles, les vingt morts par jour sont là pour rappeler que le coronavirus n’est pas tout à fait une maladie comme les autres. Mais notre taux de vaccination (79 %) nous permet d’y rester quasi indifférent sans trop de dommage. Heureusement car la population ne veut plus se restreindre. Depuis le début des mesures sanitaires, l’Université de Louvain-la-Neuve sonde notre respect des consignes. Son dernier rapport montre que, même si le lavage des mains et l’aération des locaux sont entrés dans nos habitudes, elles ne concernent plus qu’une minorité des Belges.

La réalité de la vie avec le virus a donc changé. Un spécialiste qui, il y a quelques mois, nous alarmait nous enjoint à arrêter de nous inquiéter. Dans son service, il y a désormais plus d’hospitalisations pour la grippe (qui fait un sacré retour) que pour le Covid. Il va même jusqu’à espérer qu’un maximum de gens soient touchés par le (relativement) inoffensif Omicron pour doper à bon compte notre immunité. D’ailleurs, la communication officielle a aussi changé. N°1 dans le cœur des vacanciers belges, la France (78 % de vaccination) connaît les mêmes hausses d’indices, mais se refuse à parler de 6e vague, juste d’un reflux de la 5e. Reste la Chine qui reconfine ­Shanghai, sa plus grande ville et ses 26 millions d’habitants. Le président Xi Jinping n’aime pas le changement de poli­tique, même sanitaire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité