Dépénalisation de l’avortement: comme chez Poutine…

À quelques jours de la journée internationale des droits des femmes, où en est le vote de notre nouvelle loi belge de dépénalisation de l’avortement?

Manifestation pour la dépénalisation de l'avortement
Manifestation pour la dépénalisation de l’avortement et contre les jeux politiques autour de cette loi, le 28 septembre… 2020. © BelgaImage

Et à part ça, on avance un peu? Je veux dire: hormis sur la Covid, le nucléaire (ou pas) et la sale guerre en Ukraine, ça bosse comment au Parlement? Je demande ça parce qu’en Colombie, ils ont œuvré, eux. Ce pays pourtant très, très catho vient d’autoriser les femmes à avorter pour n’importe quel motif jusqu’à 24 semaines de gestation. Et dans l’UE, 24 pays sur 27 ont déjà dépénalisé l’IVG, parfois depuis des plombes. Donc je redemande: et kwè, chez nous? Il me semblait qu’on devait au moins allonger ce ridicule délais légal d’intervention de 12 semaines à 18 semaines de grossesse. Simplement parce qu’une femme a des tas de raisons évidentes de vouloir pratiquer une IVG après trois mois. Avoir d’abord fait un déni de grossesse. Ou toujours avoir des règles, et ignorer qu’elle est enceinte. Subir des pressions familiales et religieuses, ou celles d’un compagnon menaçant. Pire encore: avoir été violée, et vivre ce traumatisme bien au-delà du délai " légal ". Ou juste douter.

Et donc? On a avancé? Pas d’un milli-poil depuis bientôt deux ans. Parce que dans ce beau pays, il y a un hic: le CD&V. Avec un C comme " Christen ". Si on touchait aux 12 semaines, les chrétiens flamands ne montaient pas dans la Vivaldi. Du beau gros chantage, donc. Pour ne surtout pas avancer, les chrétiens flamands reçu le fier soutien du cdH (ou du PSC?). Et bien sûr l’appui de la N-VA et du Vlaams Belang. Un parti nationaliste et un parti d’extrême-droite: rien que du très beau monde. En 2020, tous les autres (même une grosse partie du MR) s’apprêtaient à voter, malgré tout. Un bon 60% des députés allait enfin dépénaliser l’avortement. C’est alors que le CD&V et ses amis ont trouvé un autre bidule pour tout bloquer: introduire des amendements à la mords-moi le groin dans la nouvelle loi et renvoyer le texte au Conseil d’Etat. Pour avis. Ce qui repousse le vote de la loi. Ces grands démocrates l’ont déjà fait trois fois. Et donc voilà, pour ne pas être " hors-la-loi ", 500 femmes belges iront encore pratiquer une IVG aux Pays-Bas en 2022, comme chaque année. Si bien sûr elles ont les moyens de la payer (cher). Pour info, douze semaines est le même délai légal pratiqué par la Russie. Celle de Poutine

Sur le même sujet
Plus d'actualité