La superpuissance de la Chine

Pendant que la Chine veut s'éloigner de la décadence de l'Occident, ce dernier devient de plus en plus dépendant. L'Empire du Milieu, maître du monde? C'est notre dossier de la semaine.

Chine maître du monde?
© BelgaImage

En 1966, sous la plume de Jacques Lanzmann, fin observateur des mouvements de société et sorte d’éditorialiste au pays du hit-parade, Jacques Dutronc chante “Sept cent millions de Chinois.  Et moi, et moi, et moi.” Fleuron de la culture pop, la chanson a pourtant un gros défaut – elle avance des statistiques démographiques (et pas seulement concernant la Chine) qui n’ont jamais été mises à jour. Les sept cents millions de Chinois sont devenus un milliard quatre cents millions et l’attrait qu’exerce alors la Chine de la Révolution culturelle (prônant la vérité prolétarienne et le déni de l’idéologie bourgeoise) s’est transformé en désenchantement. Cinquante-six  ans après le tube de Dutronc, cinquante-sept après le portrait de Mao Tsé-toung présenté comme “L’homme de l’année” en couverture de L’Express, et cinquante-cinq après la une du Nouvel Observateur qui titre “Ce qui se passe vraiment en Chine”, les questionnements continuent d’alimenter les conversations. Questions inspirées par l’actu, de l’enquête de l’OMS à Wuhan sur les origines du Covid-19 au dossier des Ouïghours, jusqu’à l’annonce récente de la réglementation restrictive sur les tatouages, les piercings, le look “efféminé” et les jeux vidéo, une façon pour les autorités de demander aux parents de mieux éduquer leurs enfants.

Retrouvez notre dossier de la semaine Chine, le pays maître du monde?

Chine

Sur le même sujet
Plus d'actualité