Alain Destexhe, le postier de Zemmour

L’ex-sénateur et député bruxellois Alain Destexhe est un gros, gros renfort belge pour la campagne du télé-candidat à la présidence française Eric Zemmour…

Alain Destexhe
© BelgaImage

Après son auto-exclusion du MR en 2018 et la ramasse à 1,8 % et zéro élu prise par ses “Listes Destexhe” (rebaptisées “Libéraux démocrates”) aux élections 2019, le grand homme avait pitoyablement disparu. Pas sans le sou, rassurez-vous: depuis trois ans, il profite bien grassement d’une dodue indemnité d’ex-sénateur, rôle qu’il a exercé durant 24 ans (de 1995 à 2019). Mais voici donc que notre cher prépensionné rebondit dans un rôle de prestige. Ah si: Alain Destexhe nous annonce qu’il a intégré l’équipe de campagne d’Éric Zemmour! Je suis admiratif. Ce glorieux hobby l’occupera donc jusqu’au 10 avril, date du premier tour des présidentielles, où le show Zemmour devrait enfin s’arrêter, au vu des sondages raplapla du baveux candidat de la “Reconquête!” franco-française (12,5 %). Mais qui sait? Peut-être Alain sera-t-il le booster attendu par Éric. Parce qu’Alain, pardon, mais c’est du lourd. Et puis les deux hommes se ressemblent tellement! Destexhe n’a jamais eu qu’un sujet à la bouche: immigration. Comme Zemmour. C’était aussi un pur produit de la télé. Et un polémiste. Comme Zemmour. Largement inactif au Sénat comme au Parlement bruxellois, il déboulait à cadence infernale sur les plateaux télé où on l’invitait volontiers pour ses éructations suintant la xénophobie. Buzz garanti. Et puis Alain, c’est aussi un regard politique d’une impressionnante acuité. Comme Zemmour. La preuve par sa fine analyse de la parole zemmourienne: “Il n’y a rien d’extrême droite dans ses propos”. Et donc voilà, peut-être qu’in extremis, Alain sera le sauveur d’Éric. D’ici au 10 avril, il va pouvoir lui souffler des petites phrases. Comme celle qui a déjà valu à Zemmour une condamnation pour provocation à la haine, après avoir qualifié les migrants mineurs isolés de “voleurs, assassins et violeurs”. Mais qui, bien sûr, n’a rien d’une saillie d’extrême droite. Bon là, pour l’instant, je ne suis pas certain qu’Éric Zemmour soit bien conscient des talents de sa recrue belge, qui est confinée à des tâches modestes: “Je m’occupe de toutes les lettres qui lui arrivent. Nous sommes plusieurs à faire cela.” Alain fait donc du tri postal. Il est postier de Zemmour. Mais ce n’est qu’un début. Sûr.

Sur le même sujet
Plus d'actualité