Vaccination contre le Covid-19: imposer, c’est rassurer

Les vaccins anti-covid sont très efficaces, mais pas obligatoires. Peut-être plus pour longtemps.

vaccination
Manifestation contre le Covid Safe Ticket devant le siège de Pfizer à Bruxelles. © BelgaImage

Ce week-end à la mer, aucune restriction, comme si le Covid n’avait jamais existé. La Flandre avec plus de 80% de vaccinés (jeunes inclus) peut prendre ce pari. Au même moment, Bruxelles (- de 60% de vaccinés) installait l’obligation du Covid-Safe Ticket pour les activités de loisir. Le 1er novembre, la Wallonie (-70%) suivra. Ce sera l’aboutissement de semaines d’hésitations et de reports. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le métier de politiciens n’est pas en pénurie, mais le courage semble manquer, le courage de balayer des slogans déplacés et de déplaire à quelques franges d’électorats potentiels. La France a été plus ferme. Comme celle de l’Italie où il faut être vacciné au travail, sa vaccination a désormais dépassé la nôtre. Et depuis cette semaine, le personnel soignant doit être immunisé sous peine de ne plus pouvoir exercer. Ils seraient 15.000 récalcitrants sur… 2,7 millions de soignants visés par la mesure. Chez nous, il faut un CST pour entrer dans une maison de repos, mais pas pour y travailler!

Cette déferlante en France, on l‘a appelée l’effet Macron. On a vu à quoi ressemblait à Bruxelles l’effet Alain Maron. Nos experts de l’épidémie eux n’ont pas à prendre de précautions. C’est même pour ça qu’on les croit. Ils admettent que, bien sûr, ce CST est une façon indirecte de rendre le vaccin obligatoire. Ils disent aussi qu’on a trop hésité pour convaincre les retardataires mal organisés ou juste un peu grognons d’aller se faire piquer. Devant des chiffres qui ne bougent plus une obligation de vaccination serait paradoxalement plus rassurante. Ne pas imposer un vaccin anti-covid, c’est comme si on doutait de son efficacité. Une étude sur 22 millions de personnes vient encore de prouver que les plus de 50 ans vaccinés ont 9 plus de chances d’éviter la mort, une forme sévère ou un Covid long. Mais qui écoute encore assez pour changer d’avis? Des infections aujourd’hui en augmentation de 28% disent pourtant que le Covid ne doit plus se gérer comme une crise, mais comme un état chronique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité