Le beau monde de Vincent Peiffer: Communiste!

Pendant que d’autres causent, il vaccine. Et il prépare l’après-coronavirus, lui…

@ Belgaimage

Dites, les décideurs européens, si vous ignorez comment nous relever de la Covid, j’ai une idée pour vous: écoutez le vieux. Ou plutôt, regardez-le faire. En silence. Sans vagues. Sans Twitter. Ce qui nous change de votre hyper-blablatage. D’abord, vous aurez noté que sous Joe Biden, 78 ans, en place depuis moins de trois mois, la vaccination américaine galope (à 37 %). Et ensuite que le monde “d’après” est déjà sur les rails. Avec une espèce de révolution. Un “reset” complètement culotté. Qui repose pourtant sur une évidence grosse comme la goujaterie michelienne: l’argent de la relance ne se trouve pas dans les poches trouées des petits mais sur les comptes des très gros et dans les surprofits défiscalisés des méga-entreprises planquées en offshore. Fort de ce constat ba-be-bi-bo-bu, que fait Papy Joe? Ben il y va. D’abord, il décide que les Américains fortunés seront taxés davantage. Un impôt sur la fortune, oui. Et comment réagit l’Amérique de l’ultralibéralisme furieux? Elle traite son Joe de communiste? Elle gueule à l’extrême-gauchisme irresponsable? Non. Pragmatique, elle fait les comptes. Et en déduit que sans une meilleure contribution des nantis et des grosses entreprises, l’économie américaine ne pourra pas  repartir. Que l’État et les services seront en faillite. Que donc personne ne s’en sortira. Et donc elle dit oui. Certains pétés aux as réclament même encore plus d’impôts sur leur patrimoine, c’est dire. Mais il y a plus “gauchiste” encore, de la part d’Old Joe. Il veut instaurer un taux minimal “mondial” d’imposition de 15 à 17 % pour TOUTES les entreprises, où qu’elles soient sur cette Terre. Ce qui mettrait sur leur caisse les paradis fiscaux. Puisque cet impôt “global” des sociétés serait le même partout, se délocaliser dans un paradis offshore ou un pays fiscalement “attractif” ne servirait plus à rien. Et les niches fiscales dont se gavent certains pour contourner l’impôt non plus. Alors oui, on les entend déjà radoter: chez nous, doctes experts et fins politiques vont encore nous expliquer que tout ça est compliqué. Que ce n’est pas la solution. Ils n’en ont pas d’autres, de solution. Papy Joe, si: il traque l’évasion fiscale. Vraiment.

Sur le même sujet
Plus d'actualité