Le beau monde de Vincent Peiffer: bonne année!

La N-VA nous a déjà présenté ses meilleurs vœux pour 2020: fake news, offenses, menaces…

©Belga Image

ll est drôle, le sketch des Laurel et Hardy N-VA. En toile de fond, nous avons toujours les infos bidon sur l’immigration répandues par Francken dans ses meetings à travers la Flandre, modestement appelés “Theo toert” (Theo en tournée). Ensuite nous avons eu le grand retour de Bart De Wever et de son thème favori: le Wallon paresseux. Injures à l’adresse de Paul Magnette, d’abord, crotté informateur PS: “Il a le goût de sa bouillie arc-en-ciel bien en bouche. Il lui faudra beaucoup de dentifrice flamand pour se laver la bouche”. Du classieux. Et du délicieusement humiliant quand BéDéWé traite Wallons et Bruxellois d’”électeurs passifs” qui se font “entretenir”.

Francken reprend ensuite la main après le dernier Grand Baromètre (Belang premier parti de Flandre à 27,3 %, devant la N-VA à 22,1 %). Paraît que c’est de notre faute. Theo passe donc gaiement de l’insulte à la menace: “Laisser la N-VA et le Vlaams Belang dans l’opposition, les deux premiers partis du pays? Sérieusement? Je dis aux francophones de bien faire attention. Aux élections de 2024, ils ne devront pas se plaindre si des partis nationalistes flamands obtiennent la majorité. Ceux qui disent aimer la Belgique ne doivent pas jouer avec le feu”. Ce que confirme grand chef De Wever, qualifiant une Belgique arc-en-ciel (+ CD&V) de pays de zombies.

Donc je résume le spectacle de Laureleke et Hardyje. Une coalition où le collège néerlandophone serait (légèrement) minoritaire est inimaginable. Pendant cinq ans, les francophones étaient ultra-minoritaires (avec le seul MR), mais ça, Bart et Theo s’en contre-tamponnent, puisque nous ne sommes “que” des francophones. La N-VA est donc indispensable dans une majorité très à droite et très flamande. Souci: une Suédoise bis est impossible (elle ne vaut plus que 61 sièges sur 150). Sans le Vlaams Belang (quoique, tant qu’à faire?), l’ennemi socialiste est donc appelé à faire nombre. Et pour mieux le convaincre, le duo comique N-VA insulte le président du PS et les électeurs francophones. Drôle. J’ai peut-être encore plus drôle: en 2024, prenez-la, votre indépendance. Ça vous fera un joli pays dirigé par l’extrême droite. Et bonne année aussi!

Sur le même sujet
Plus d'actualité