L'affaire du greffier wallon : «Certaines personnes estiment que l’argent public doit servir à cacher des scandales publics»

Il y a des pratiques en politique qui ne sont plus acceptables. Sans changement ; le chaos et l’extrémisme vont se régaler.

Marcourt ©BelgaImage
Marcourt ©BelgaImage

Quand je sors du plateau, je jette toujours un œil rapide sur mon gsm pour regarder les messages reçus. Une sorte de thermomètre des premières impressions du public. Ce mercredi, un sms, m’a littéralement dégouté. Nous terminions le débat sur les gaspillages de l’argent public suite à l’enquête sur les excès du greffier du parlement de Wallonie. Nous avons clairement évoqué des abus et des privilèges qui ne sont plus acceptables en 2022. Le message venait d’un « cabinettard » wallon. Il rageait contre le reportage sur le greffier et, manifestement aussi sur le débat.

Son propos était à la limite de la menace. Il estimait qu’il serait temps de diminuer la dotation de la RTBF. Il n’appréciait visiblement pas que le service public enquête et révèle les abus de certains. Derrière ce message, il y a la démonstration qu’il y a, dans les cabinets, des gens qui estiment que l’argent public doit servir à cacher des scandales publics. L’auteur du message n’est pas un jeune loup. Et cela me conforte dans l’idée qu’une certaine génération considère encore que des parlementaires ont le droit de claquer des milliers d’euros aux frais de la princesse sans avoir à se justifier de l’utilisation de cet argent public.

Heureusement, le débat m’a aussi rassuré. Je reste convaincu qu’il existe une génération politique qui ne laissera plus jamais passer les notes de frais démesurées d’un greffier hors de contrôle. Je pense que des choses ne vont pas tarder à bouger et que des contrôles des dépenses publiques vont se densifier. Attention tout de même de ne pas sombrer dans le populisme de base. Baisser tous les salaires de ministres et des élus de ce pays ne solutionnera jamais le pouvoir d’achat. Mais il faut maintenant des actes qui montrent que la politique belge est prête à se réinventer et que l’argent public est bien géré, bien utilisé. Le greffier wallon a été pris. La greffe d’une politique nouvelle doit prendre.

À lire aussi : Les voyages de luxe de Marcourt et son greffier sous le feu des critiques

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité