Gel des prix : "l’Europe se dit qu’on peut encore prendre le temps de discuter"

Sur un point aussi fondamental que le gel des prix, l’Europe ne décide pas. Elle n’a pas l’air pressée de le faire.

prix électricité hausse augmentation Belgique Europe UE facture ménages prix
@BELGAIMAGE

Nous avons évoqué ce mercredi soir le comportement des 27 pays européens face à la crise de l’énergie et au fameux gel des prix. Le député Gilles Vandenburre a évoqué le prochain sommet consacré au sujet parlant d’une réunion prévue à " la fin du mois ". Super, c’est maintenant. Mais il a été vite repris par Mathieu Michel qui rectifiait, un peu gêné, que ce serait plutôt pour " la fin du mois… prochain ". J’ai eu du mal à cacher ma surprise, voire mon agacement.

Ainsi donc, en ce qui concerne une décision aussi urgente et fondamentale que ça, l’Europe se dit qu’on peut encore prendre le temps de discuter. Interpellée par la ministre Van der Straeten en février, l’Union n’a toujours pas été foutue de nous pondre un semblant de réponse. La dernière réunion a débouché sur un triste " on y travaille ".

La notion d’urgence semble hélas échapper à cette institution sans doute nécessaire mais bien trop complexe pour un monde moderne. Un indépendant a souligné en plateau que cette lenteur européenne l’empêchait d’élaborer ses budgets futurs. Il ne demande pas une énergie gratuite ou au rabais mais simplement un signal clair qui lui permet de s’organiser pour faire tourner son activité… ou y mettre fin. L’Europe verra donc ça dans un mois.

La matière est sans doute délicate. Il faut tenir compte des intérêts de tous. Il faut s’assurer qu’un gel des prix ne va pas mettre en péril l’approvisionnement parce que d’autres pays continueront à acheter cher, ce que nous voudrions payer beaucoup moins. Il faut aussi admettre que là où on a gelé les prix, la consommation d’énergie reste à un niveau trop élevé à l’heure d’économies indispensables. Mais tout ça, ça fait des mois qu’on explique à longueur de débats que l’Europe doit se pencher là-dessus. Rien ne vient. Hier un membre du public m’a glissé à l’oreille, juste après le générique de fin : " Sur ce coup-là, l’Europe, quel flop ! "

Sur le même sujet
Plus d'actualité