Le monde du football tourne fou

À un petit mois de sa Coupe du monde, le football n’a plus la cote. Et encore, vous ne savez pas tout.

Neymar, Mbappé, des contribuables d’exception. ©BelgaImage
Neymar, Mbappé, des contribuables d’exception. ©BelgaImage

Comme on dit (trop?) souvent, le foot n’est que le reflet de notre société. Donc puisque plus personne n’imagine vivre une existence, ou même un instant, de frustration, les supporters d’Anderlecht par leurs débordements ont obligé l’arbitre à arrêter le match contre le Standard. Ils avaient prévenu: ils ne toléreraient pas une avance des Liégeois de deux buts.

Ces ennemis de l’incertitude du sport ont tenu parole. Et, pour ne pas avoir fait le déplacement pour rien, ces hommes sur lesquels on peut compter ont donné rendez-vous aux ultras rouches pour en découdre entre adultes consentants. Au moment où RTL diffuse le documentaire hallucinant La tragédie du Heysel (39 morts en 85) et trois semaines après les 131 morts (minimum) dans un stade en Indonésie, voilà qui ne va pas rassurer sur le QI et la faculté d’évolution des fans.

La France ne fait plus la fière

La France, détentrice de la Coupe du monde (nous laissent-ils la possibilité de l’ignorer?), ne fait plus la fière. Beaucoup de blessés à déplorer, et même des blessures morales. Ainsi leur Kylian Mbappé est en couverture du jeu Fifa, mais seulement 6e au Ballon d’or qui récompense le meilleur joueur (de foot 2021-22, pas de Fifa 23, faut suivre). Pourquoi dès lors se croire si exceptionnel? Parce qu’il l’est. Pour le convaincre de rester au PSG, deux présidents français l’ont appelé et le Qatar a fait de lui le sportif le mieux payé de l’univers, en déposant sur la table 630 millions pour trois ans de bons et accessoirement loyaux services.

Même quand il n’est pas question d’attribuer le Mondial au Qatar, politique et ballon, ça tourne rond. Neymar, qui vient de passer au tribunal en Espagne pour des faits de corruption et d’évitement de l’impôt, a annoncé qu’il dédierait à Bolsonaro son premier but avec le Brésil. Il se souvient qu’en 2019, accusé de viol, le président lui-même avait publiquement exprimé la certitude qu’il était innocent. Étrangement, la police de Rio s’est rangée à cet avis éclairé. Mais si Lula passe, il aura droit à une révision de ses impôts, impayés il va sans dire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité