Les Engagés: régénérés, mais pas trop

La nouvelle politique des Engagé.e.s: être d’accord, mais voter contre. Ou alors s’abstenir.

Alda Greoli
La député Les Engagés Alda Greoli. © BelgaImage

Trente ans que ça blablate. Trente ans qu’on sait pourtant, études unanimes à l’appui, que c’est nécessaire pour nos enfants. Trente ans que pédagogues, instits et profs, psys, parents et même politiques de tous pedigrees savent qu’un décrochage de neuf semaines de vacances d’été sans Madame Vanessa, sans lecture, sans exercices, sans copains de classe, c’est bien trop long. Et qu’une semaine de récup à la Toussaint et au Carnaval, c’est trop short. Et donc qu’un rythme de sept semaines de cours puis deux semaines de repos, c’est juste mieux pour les élèves. Meilleur pour leur équilibre chronobiologique et leurs apprentissages. Tous nos voisins l’appliquent. Ici, il aura fallu trente ans pour opérer ce biesse glissement de deux semaines de congés scolaires de juillet-août à novembre et février. Le miracle vient de tomber au parlement de la FWB: PS, Écolo et MR (contre l’avis de sainte Sophie Wilmès, mais on s’en quiche) ont enfin voté la “réforme des rythmes scolaires”.

C’était aussi le tout premier acte politique concret des “Engagé.e.s”. Grand chef Akela de la nouvelle troupe, Maxime Prévot avait claironné que son “mouvement” serait désormais celui d’une société “régénérée”. Du genre qui va de l’avant sans œillères! Qui bouge, quoi. Rien à voir avec le ronron statique du passé. Passé récent où, par parenthèse, feu le cdH a trusté de 2009 à 2019 dix ans ininterrompus de ministère de l’Éducation. Où, question rythmes scolaires, Marie-Dominique Simonet, Joëlle Milquet et Marie-Martine Schyns ont vaillamment tournicoté. Mais ça, c’était avant! Maintenant que le moche orange est repeinturé en turquoise radieux, on est “régénéré” et on s’engage! On peut, par exemple, soutenir une nouvelle loi utile même si on est dans l’opposition. Et? Et plouf. Les (quelques) députés “engagés” ont voté contre. La cheftaine de groupe Alda Greoli, elle, s’est très courageusement abstenue. En expliquant que les Engagé.e.s sont entièrement pour la réforme, mais qu’elle est… précipitée. Qu’il faut attendre que la Flandre et la Communauté germanophone suivent. Quand? Ah ça, on sait pas. Donc on résume: les nouveaux “Engagé.e.s” s’engagent, mais dans l’attente. Et on régénère, mais pas trop.

Sur le même sujet
Plus d'actualité