Le Balai libéré : lumière sur les nettoyeuses rebelles de l'UCL

Rencontre à l’UCLouvain entre les nettoyeuses pionnières de 1975 et le personnel d’entretien d’aujourd’hui.

le balai libéré
© Prod.
Diffusion le 25 janvier à 21h55 sur Be1

En 1975, un groupe d’employés cesse de travailler et se met en grève pour trois semaines, avec protestations et chants dans les rues. L’originalité? Il ne s’agit pas des traditionnels syndicats, de ­travailleurs des services publics ou d’autres secteurs plus habitués à ce genre de manifestations. Mais du personnel d’entretien de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve. Alors que les sujets du conflit étaient déjà nombreux, la société sous-traitante, qui s’occupe du nettoyage pour l’UCL, prend une décision impopulaire de plus. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. À l’époque, la tendance était à l’autogestion. Nettoyeuses et nettoyeurs de l’UCL décident donc à leur tour d’essayer ce mode de fonctionnement et “virent” leur patron, avant de s’établir en ASBL. “Le Balai Libéré” réunit 35 personnes, essentiellement des femmes, et fonctionne sans hiérarchie sur des principes de solidarité. L’association fait pression sur l’université et obtient le contrat de nettoyage pour l’ensemble de ses locaux de 1975 à 1990, malgré l’obligation pour l’établissement d’enseignement supérieur de fonctionner par marché public.

Aujourd’hui, celle qu’on appelle désormais l’UCLouvain travaille toujours avec des sociétés sous-traitantes mais avec bien moins de personnel pour toujours autant de locaux à nettoyer. Ce documentaire ne fait pas que revenir sur l’expérience de l’ASBL du même nom, son originalité, ses aspects positifs et négatifs. Dans les couloirs et auditoires, deux générations de personnel d’entretien se rencontrent et échangent sur les réalités de ­chaque époque. Des discussions qui offrent des pistes de réflexion aux nettoyeurs d’aujourd’hui, qui remettent en question leurs conditions de travail actuelles et se demandent si une telle expérience serait encore possible aujourd’hui.

Sur le même sujet
Plus d'actualité