Dean Martin, King of Cool : portrait d'un charmeur aux multiples talents

Portrait vivifiant de Dean Martin, dont le charme old school était une seconde nature.

Dean Martin
© PhotoNews PICTURE NOT INCLUDED IN THE CONTRACT
Diffusion le 18 décembre à 22h45 sur Arte

Le plus décontracté des acteurs américains des années 40-50 est en fait un séduisant Italien, né Dino Paul Crocetti en 1917. Avant de devenir Dean Martin, Dino a grandi dans un clan sans le sou à Steubenville dans l’Ohio, pays où les usines crachent de la fumée sombre et où on ne peut rêver qu’à un destin d’ouvrier. Dino sait pourtant depuis toujours qu’il fera carrière dans le monde du spectacle. Et bien que d’apparence très décontractée avec son physique de tombeur old school, il va s’en donner tous les moyens. Dean enchaîne les petits boulots, de croupier d’une salle de jeux clandestine à boxeur. “J’ai fait douze combats, je les ai tous gagnés sauf 11!”, avait-il coutume de dire pour amuser la galerie… en disant vrai.

Cette autodérision sera aussi sa marque de fabrique dans le duo comique qu’il formera avec ce garçon étonnant qu’il découvre dans un numéro de pantomime au début des années 40: Jerry Lewis. Le duo, adoubé par Sinatra, fonctionne à la dynamite sur le thème du beau gosse à la voix soyeuse de crooner (Dean donc), jouant les faire-valoir de l’idiot du village. Sa “décontraction surnaturelle” lui fait voler la vedette à son camarade de jeu qui n’apprécie pas trop qu’on lui fasse de l’ombre. Le duo se sépare en 1956. Si Jerry Lewis poursuit une carrière phénoménale, Dean Martin n’est pas en reste. Il se coule avec une impressionnante aisance dans des rôles dramatiques qui feront date, comme celui de l’acolyte ivrogne de l’immense John Wayne qu’il éclipse presque dans le sommet du western “hawksien”, Rio Bravo. Il tourne avec Brando, intègre le fameux Rat Pack - groupe formé, entre autres, de Frank Sinatra et Sammy Davis Jr. Tissé d’archives télévisuelles délicieuses et de témoignages évocateurs de sa fille Deana et de son biographe, ce documentaire trace doucement mais fermement le portrait d’un artiste “couteau suisse” à l’ancienne, capable de chanter, danser, émouvoir avec une invraisemblable coolitude.

https://www.youtube.com/watch?v=mPtXZ8AttI8

Sur le même sujet
Plus d'actualité