Kyan Khojandi avec des cheveux : le vrai message derrière le coup de com'

Kyan Khojandi a piégé le public en apparaissant avec des cheveux lors de son passage à la télévision. Le but: sensibiliser sur la violence envers les chauves.

Kyan Khojandi
Kyan Khojandi avec ses nouveaux cheveux ©Capture d’écran Youtube

La semaine dernière, les émissions Quotidien et Clique accueillaient dans leurs studios l'humoriste Kyan Khojandi, actuellement en tournée. Rien d'anormal a priori, si ce n'est un petit détail qui a provoqué un véritable buzz sur les réseaux sociaux. Le quarantenaire, atteint d'une calvitie précoce depuis des années, a désormais... des cheveux! Un changement physique qui n'est pas passé inaperçu, bien que cela n'ait jamais fait l'objet de commentaires sur les deux plateaux de télévision. Ce dimanche 11 décembre, Kyan Khojandi a publié une vidéo de dix minutes où il explique que ce mutisme à la télé n'est pas dû au hasard. Il s'agit d'une stratégie afin de tester les réactions du public. Une expérience couronnée de succès et qui fait réfléchir sur la violence envers les chauves au sein de notre société, vu la teneur des commentaires.

Tendre un piège aux téléspectateurs

Au début de sa vidéo, le créateur de la série Bref rappelle la teneur et l'ampleur des attaques reçues ces dernières années en référence à sa calvitie. Il se fait par exemple traité de «sale chauve» et tous les jours, des personnes le comparent avec d'autres chauves. «Non, on ne se ressemble pas, la seule chose que l'on ait en commun, c'est quelque chose qu'on n'a plus», réplique-t-il. «J'ai la 'blague œuf' 3-4 fois par jour», fait-il aussi remarquer. «Il y a même un gars qui a commenté récemment tous mes postes Instagram avec un œuf».

«Du coup, je n'ai pas de cheveux et je me suis demandé ce qui se passerait si, du jour au lendemain, sans que j'en parle à personne, je me pointe avec des cheveux», explique Kyan Khojandi. Il a ainsi créé une prothèse et a dû se réhabituer à se coiffer, ce qu'il ne savait plus faire. Il a ensuite contacté Quotidien et Clique avec pour consigne de passer sous silence cette pilosité retrouvée, bien qu'elle soit très visible à l'écran. Un pari tenu, afin que l'expérience puisse être la plus aboutie possible vis-à-vis des réactions du public.

Une avalanche de moqueries et d'insultes

«Et là, le strike», constate le comédien. «Les gens se sont lâchés dans les commentaires, c'est fou. Et ils ont donné leur avis». L'un d'entre eux l'a particulièrement marqué. «Abusé les cheveux, clairement, je préfère les gens qui s'assument», s'énerve cet internaute en critiquant le «diktat de la beauté» tout en insultant l'humoriste, sans ponctuation. «Déjà que tu n'es pas très drôle depuis Bref, mais là je trouve ça franchement ridicule. Tu n'as pas autre chose à faire que de mettre des cheveux?», ajoute-t-il en concluant sur une question. «Tu n'as pas pensé à ton public? Peut-être que certains s'identifient à toi aussi par rapport à ta calvitie».

Beaucoup ont également charrié Kyan Khojandi en affirmant qu'il serait «allé en Turquie». «On l'a eu 36.000 fois à peu près», dit-il. Des vidéos faites sur les réseaux sociaux à propos de ses cheveux «ont fait des centaines de milliers de vues en moins de 24 heures». «C'était incroyable», s'étonne-t-il. Puis c'est sans compter les articles dans la presse people mais aussi dans une partie de la presse télé, comme avec le TV Magazine du Figaro (pourtant peu fan des spectacles de Kyan Khojandi). «Il y a un truc auquel je m'attendais encore moins: c'est que des gens contactent mes proches pour savoir ce que je faisais. Ça fascine les gens! C'est visiblement un sujet», constate-il. Enfin, il y a aussi des personnes qui encouragent, «des chevaliers blancs qui disent 'Arrêtez de juger, il fait ce qu'il veut'».

«L'impact psychologique est réel»

«Conclusion, quand j'ai pas de cheveux, j'ai des gens qui me le font remarquer. Quand j'ai des cheveux, j'ai des gens qui me le font remarquer», observe l'acteur. «Plus sérieusement, c'est très compliqué pour un homme de perdre ses cheveux. Pour une femme, ça doit être encore pire [...] Donc si vous faites des blagues, sachez que c'est une tentative. Ce n'est pas sûr que cela réussisse. Généralement, la personne va rire un peu pour mettre à l'aise mais si ça se trouve, elle l'aura mal vécu, et elle n'osera pas vous le dire parce que c'est un complexe. [...] L'impact psychologique est réel», prévient-il, en citant le cas d'un ami chauve très angoissé qui a dévissé l'ampoule de sa salle de bains «parce qu'il n'acceptait plus de se voir dans le miroir tous les matins».

Ce que Kyan Khojandi voudrait désormais, c'est qu'il y ait une dédramatisation du sujet. En parler librement et sans préjugés, «cela m'avait fait du bien», remarque-t-il par ailleurs. «Et si vous voulez faire des implants, il y a zéro honte. Si ça peut vous aider à aller mieux, tant mieux, et c'est ça le plus important». Quant à savoir s'il va garder sa prothèse, l'humoriste invite les spectateurs à se rendre à son spectacle (avec trois date au Cirque royal de Bruxelles le 30, 31 janvier et 1 février 2023).

Sur le même sujet
Plus d'actualité