Anthony Hopkins, portrait d'un acteur monstrueux

Portrait d’un acteur qui, sous le masque cruel d’Hannibal Lecter, cache un homme pas si sûr de lui.

anthony hopkins
© prod.
Diffusion le 27 novembre à 22h45 sur Arte

Anthony Hopkins, c’est l’histoire d’une méprise. Il suffit de l’écouter évoquer son passé scolaire où semble poindre un désir de revanche sur la vie: “J’étais nul. Un cancre. Attardé, lent”. Ce doc tissé d’archives inédites saisit bien la personnalité complexe de l’acteur, qui paraît avoir souffert toute sa vie d’un déficit d’image. Un mal-être qui l’a noyé dans l’alcool et fait quitter sa première épouse et sa fille Abigail. Mais qui a affûté son jeu, du terrifiant Hannibal Lecter au majordome tout acquis à sa tâche et à ses maîtres dans le sublime Les vestiges du jour d’Ivory. Le théâtre qui lui a tendu les mains par l’intermédiaire du grand Laurence Olivier en 1965 n’a pas suffi à calmer sa douleur. Ce sont ses multiples rôles endossés comme un caméléon auprès des plus grands (Lynch, Spielberg, Coppola) qui ont apaisé Sir Anthony, au point de se filmer dans des danses improbables et rigolardes sur TikTok à 85 ans. Ne nous méprenons pas nous non plus en le limitant au rôle certes inou­bliable du monstre Hannibal Lecter: Hopkins est ­surtout un acteur du feu de Dieu.

https://www.youtube.com/watch?v=Lr3OavheNu0

Sur le même sujet
Plus d'actualité